Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIES VECTORIELLES: Le moustique livre ses gènes de résistance aux insecticides

Actualité publiée il y a 3 années 11 mois 1 jour
CNRS et Genome Research

Face aux centaines de millions de personnes touchées chaque année dans le monde par les maladies à transmission vectorielle, combattre leur principal vecteur, le moustique, est une priorité. Cependant, tout comme les bactéries résistent aux antibiotiques, les moustiques développent leur résistance aux insecticides. Cette équipe française identifie les marqueurs génétiques qui vont permettre de mieux détecter ces résistances sur le terrain. Des travaux présentés dans la revue Genome Research qui aboutissent à la première carte mondiale des marqueurs de ces résistances.

Le paludisme, c'est près de 200 millions de nouveaux cas dans le monde chaque année, et environ 500.000 décès et principalement chez des enfants. Plasmodium falciparum est le parasite responsable de la forme la plus mortelle du paludisme. Face aux traitements existants, se développe une résistance préoccupante. La dengue, c'est 100 millions de personnes touchées chaque année. Il n'existe ni vaccin ni traitement curatif. Son principal vecteur, le moustique Aedes aegypti qui transmet le virus à l'homme par la piqûre des femelles infectées. La lutte chimique reste la mesure antivectorielle de base, cependant, se développe, face à la plupart des insecticides une résistance des moustiques. Cette résistance constitue une menace pour la prévention des maladies vectorielles dont le paludisme, la dengue et le Chikungunya.


Les chercheurs du CNRS, de l'IRD, de l'université Claude Bernard (Lyon) et Joseph Fourier (Grenoble), et de l'Institut Pasteur de la Guyane ont séquencé l'ADN de moustiques Aedes aegypti, proche cousin du moustique tigre et vecteur de la dengue et du Chikungunya dans les zones tropicales. Ils se sont concentrés sur plus de 760 gènes potentiellement impliqués dans la résistance aux insecticides. Leur analyse constate que cette résistance et son mécanisme de détoxification face aux insecticides sont corrélés à l'augmentation du nombre de copies des gènes codants pour ces enzymes de détoxification. Ces mutations augmentent la capacité de biodégradation des insecticides, chez les moustiques résistants.

Des biomarqueurs de résistance sont identifiés. L'étude montre que ces signatures dépendent étroitement de la localisation, de l'évolution des espèces de moustiques et de l'histoire de leur exposition aux insecticides. Une première cartographie mondiale des mécanismes de résistance des moustiques aux insecticides a ainsi pu être réalisée. Ces données permettent une meilleure compréhension des mécanismes génétiques développés par les moustiques pour résister aux insecticides et ouvrent la voie à de nouveaux tests moléculaires permettant de détecter à quels insecticides les moustiques sont résistants.

Sources: Communiqué CNRS 23 Juillet 2015 Combattre la résistance des moustiques aux insecticides et Genome Research 23 July, 2015 doi: 10.1101/gr.189225.115 Unravelling genomic changes associated with insecticide resistance in the dengue mosquito Aedes aegypti by deep targeted sequencing (Visuel@ © Institut de recherche pour le développement (IRD), N. Rahola)

Lire aussi : PALUDISME : La RÉSISTANCE du parasite vient en dormant -


Interstitiel Fiducial

Autres actualités sur le même thème

Pages