Vous recherchez une actualité
Actualités

Médecine RÉGÉNÉRATIVE: Des chercheurs prolongent de 50% la vie de la levure

Actualité publiée il y a 10 années 1 semaine 1 jour
Cell

Manipuler la durée de vie d’organismes unicellulaires comme la levure c’est l’exploit de cette collaboration entre l'Université Johns Hopkins et l’Université de Taiwan. Une manipulation rendue possible avec la suppression puis la restauration des fonctions de protéines liées au vieillissement. Cette recherche, relayée dans la dernière édition de la revue Cell, vient enrichir les dernières avancées en matière de rechercher et de médecine régénératives.

Cette recherche a porté d'abord sur une enzyme de «calibrage du carburant (fuel-gauge) » qui détecte l'énergie dépensées dans les actes de la levure, un peu comme un compteur de la durée de vie. Cette enzyme, SIP2, est présente dans les organismes jeunes et diminue progressivement avec l'âge des cellules... La première voie biochimique du vieillissement identifiée, indépendante de l'alimentation : «Ce contrôle de la longévité est différent du type décrit précédemment dans la levure, lié à la restriction calorique (Voir cette étude) », explique le Pr. Jef Boeke, professeur de biologie moléculaire, de génétique et d'oncologie à la Johns Hopkins University School of Medicine : «Nous avons, pour la première fois, identifiée une voie biochimique du vieillissement qui n'a rien à voir avec l'alimentation ». En effet, les scientifiques sont parvenus à identifier un nouveau mode de régulation de cette enzyme, montrant qu'en supprimant cette enzyme, la vie s'arrête court mais qu'en la restaurant, la durée de vie est considérablement prolongée. Mais comment ?


L'acétylation, une variation réversible ou ammovible: Cette variation chimique, connue sous le nom d'acétylation, ajoute un groupe acétyle à une molécule existante sur et en dehors d'une protéine (ici sur les protéines SIP2). Ce groupe acétyle peut être ajouté puis enlevé. L'acétylation peut changer profondément la fonction des protéines pour aider un organisme ou un système à s'adapter rapidement à son environnement. Jusqu'à présent, l'acétylation n'avait pas été directement impliquée dans la voie du vieillissement, les chercheurs lui ont donc identifié une nouvelle fonction et découvert ainsi une nouvelle cible possible pour des stratégies de prévention ou de traitement du vieillissement.

Ils prolongent la durée de vie de la levure de 50% : L'équipe montre que l'acétylation de la protéine SIP2 affecte sa longévité définie en termes de nombre de divisions possibles ou de durée de vie. Ainsi, alors que la durée de vie normale de la levure correspond à 25 réplications, leur levure génétiquement modifiée atteint 38 réplications, soit une durée de vie prolongée de 50%.

« Nous avons réalisé « une thérapie anti-vieillissement sur la levure», explique l'auteur principal de l'étude, le Pr. Jin-Ying Lu de l'Université de Taiwan. «Quand nous redonnons cette acétylation aux protéines, nous évitons la diminution de durée de vie des cellules les plus vieilles. Notre prochaine étape est de valider que ce processus se produit également dans les cellules de mammifères. » Une recherche qui vient compléter l'étude récente de l'équipe Avenir Inserm, publiée dans Genes & Development, qui réussissait à rajeunir des cellules de donneurs âgés, vieilles de plus de 100 ans, en les reprogrammant in vitro en cellules souches pluripotentes (iPSC).

Sources: Collaborations between Johns Hopkins and National Cell (Visuel) 2011 Sep 16;146(6):859-60. « Acetylation of Yeast AMPK Controls Intrinsic Aging Independently of Caloric Restriction” ou via NIH –(Vignette Levure Inserm)
Lire aussi: Vivre plus longtemps en mangeant moins? L'enzyme clé, la péroxiredoxine
Médecine RÉGÉNÉRATIVE: Des cellules centenaires rajeunies, explications des chercheurs

Autres actualités sur le même thème