Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉTASTASES: Découverte de molécules d'adhérence clés

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 1 semaine
Nature Communications

Cette recherche du MIT identifie les molécules d'adhésion cellulaire qui vont permettre aux cellules cancéreuses de se détacher d’un tissu, puis de se refixer à un nouveau site puis de se développer afin de se propager d'une partie à l'autre du corps. Les résultats, publiés dans l’édition du 9 octobre de Nature Communications, offrent de nouvelles cibles pour le développement de médicaments anticancéreux.


Bien qu'on sache que les métastases sont responsables d'environ 90% des décès par cancer, le mécanisme exact qui permet aux cellules cancéreuses de se propager d'une partie du corps à l'autre n'est pas tout à fait compris. Sangeeta Bhatia, professeur de sciences de la santé et auteur principal de la recherche explique qu'alors que les cellules cancéreuses deviennent plus métastatiques, elles peuvent perdre de l'adhérence à la structure des tissus normaux, mais, comme elles deviennent plus agressives, elles acquièrent la capacité de se fixer et de se développer sur des molécules qui ne sont pas normalement présentes dans les tissus sains, mais qui sont présentes sur les sites de métastases tumorales.

Ce sont ces “molécules d'adhérence” clés, que viennent de découvrir les chercheurs.

Si les chercheurs parvenaient à empêcher ce développement sur ces nouveaux sites, en ciblant par exemple ces molécules, ils réussiraient à bloquer la formation de métastases.

Les cellules de l'intérieur du corps humain sont généralement attachées grâce à un système structurel connu sous le nom de matrice extracellulaire via des protéines appelées intégrines, situées à la surface des cellules, qui constituent des points d'ancrage qui maintiennent les cellules en place. Lorsque les cellules cancéreuses métastasent, ces ancres se relâchent. En comparant, avec une nouvelle technologie, les propriétés d'adhérence de 4 stades de cellules cancéreuses, prélevées sur des souris génétiquement modifiées pour développer un cancer du poumon, les chercheurs ont pu identifier comment les cellules cancéreuses, à chaque stade de la tumeur, étaient fixées aux protéines de la matrice extracellulaire.

Un mode de fixation des cellules métastatiques, quelle que soit la tumeur d'origine : Les chercheurs ont été surpris de constater que les modes d'adhésion des cellules métastatiques provenant de différentes tumeurs primitives étaient beaucoup plus semblables les uns aux autres qu'à ceux de la tumeur primitive d'origine. Certaines molécules sont ainsi retrouvées dans les échantillons de tumeurs métastatiques, qui favorisent le développement d'environnements accueillants pour la propagation du cancer. Ainsi, la molécule galectine-3, fortement présente en cas de métastases ca aider les cellules tumorales à coloniser de nouveaux sites. C'est le concept d'une niche, mise en place avant même l'arrivée des cellules cancéreuses pour mieux les accueillir, expliquent les auteurs.

Ces résultats ouvrent une nouvelle voie possible de blocage des métastases en ciblant cette interaction spécifique, soit via l'inhibition des intégrines interagissant avec ces molécules, dont la galectine-3, soit via le blocage, avec des anticorps, des sites de liaison. Et cela « fonctionne » sur la souris.

Autres actualités sur le même thème