Vous recherchez une actualité
Actualités

Notre CERVEAU aussi, est équipé d'un zoom

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 4 jours
Cell

Cette publication, dans l’édition du 17 novembre de la revue scientifique Cell, décrit comment notre cerveau gère la résolution de notre orientation spatiale. Chacun sait comment zoomer et « dézoomer » sur une carte en ligne, pour obtenir le bon niveau de résolution. Notre mémoire spatiale fait de même quand nous nous orientons. Ces chercheurs ont découvert un mécanisme clé qui agit comme un bouton « zoom » dans le cerveau, en contrôlant la résolution des cartes internes du cerveau. Il s’agit de canaux ioniques.

Lisa Giacomo et ses collègues du département Neurosciences de la Norwegian University of Science and Technology expliquent comment ils ont déconnecté les canaux ioniques de neurones, appelés "grid cells" ou cellules-grilles dans le cerveau de souris. Ces neurones forment un système de coordonnées de longitude et de latitude dans le cerveau, un réseau qui permet au cerveau de faire de véritables cartes internes. Les canaux ioniques assurent la médiation des signaux entre l'intérieur et l'extérieur des cellules. Lorsque les chercheurs éliminent les canaux ioniques, ils constatent que la résolution des cartes créées par le cerveau de souris sont devenues grossières.


Les grid cells, neurones-clés de la mémoire spatiale : « Lorsque nous éliminons « le canal ionique HCN1», l'échelle du système de coordonnées augmente. C'est comme perdre la longitude et la latitude sur une carte. Soudain, vous ne pouvez plus accéder à une échelle spatiale très fine." Dans un cerveau normal où les canaux ioniques fonctionnent normalement, le cerveau est capable de générer la résolution précise de la carte dont il a besoin pour s'orienter. Mais si les canaux ioniques ne fonctionnent pas alors la carte obtenue n'est pas à la bonne résolution et la mémoire spatiale ne fonctionne plus.

En avril dernier, des biologistes de l'université de Californie qui publiaient dans la revue Science, avaient déjà découvert que ces impulsions électriques dans le cerveau, déjà connues pour jouer un rôle dans l'organisation des fonctions cognitives, comme la mémoire, permettent de faire fonctionner notre mémoire spatiale.

Plusieurs études qui ouvrent de nouvelles voies de recherche sur l'Alzheimer, parce que c'est la même zone du cerveau qui est lésée et parce que la perte d'orientation et donc de la mémoire spatiale est l'un des premiers symptômes de la maladie.

Source: Cell 17 November 2011 10.1016/j.cell.2011.08.051 Grid Cells Use HCN1 Channels for Spatial Scaling (Visuel University College London)

Lire aussi : MÉMOIRE SPATIALE: Un véritable “GPS” électrique dans notre cerveau

Autres actualités sur le même thème