Vous recherchez une actualité
Actualités

NUTRITION: Les enfants ne sont pas tous égaux face au sucre

Actualité publiée il y a 3 années 4 mois 1 semaine
Nursing Research

Les parents l’auront remarqué : les enfants ne sont pas tous égaux face au sucre. La capacité des enfants à détecter le sucre varie en effet de manière importante, certains enfants étant jusqu’à 20 fois plus sensibles à la saveur sucrée que les autres. Cette étude du Monell Chemical Senses Centre (Philadelphie), publiée dans la revue Nursing Research, révèle ici la puissance des facteurs génétiques et apporte des pistes pour réduire les excès de sucre et améliorer la santé nutritionnelle des enfants.

Pourquoi certains enfants sont-ils plus friands de bonbons que d'autres ? Ceux-là pourraient bien avoir besoin de plus de sucre pour obtenir le même goût sucré? En révélant des capacités de détection extrêmement variables chez les enfants, l'étude suggère aussi que certains enfants ont plus de difficulté à s'adapter à la tendance actuelle à la restriction globale de sucre dans l'alimentation.


Dans cette étude, les chercheurs de Philadelphie ont fixé le seuil de goût sucré, comme le plus faible niveau détectable de saccharose. 216 enfants âgés de 7 à 14 et en bonne santé, ayant reçu 2 tasses, dont une contenant de l'eau distillée et l'autre contenant une solution de sucre, ont été invités à indiquer laquelle « avait un goût ». L'expérience a été répétée sur une large gamme de concentrations de sucre. L'expérience montre que,

· les seuils de détection varient considérablement d'un enfant à l'autre,

· l'enfant le plus sensible est capable de détecter le sucre à une concentration de seulement 0,005 cuillère à café de sucre dissous dans une tasse d'eau

· il faudra 3 cuillères à café pour l'enfant le moins sensible pour obtenir la même sensation.

Une variation génétique associée à la « préférence sucrée » : par analyse de l'ADN de 168 enfants et, en particulier, des variations de deux gènes (TAS1R3 et GNAT3) déjà connues pour être liées à la perception de la douceur, les auteurs identifient une variation supplémentaire dans le gène TAS2R38, liée à ces différences individuelles dans les préférences sucrées chez les enfants. De petits changements dans chacun de ces gènes sont associés à une sensibilité différente du récepteur correspondant à la perception du sucré. Ainsi, les seuils de sensibilité au saccharose sont associés à la variation dans ce gène et les enfants porteurs de la variante sont en fait plus sensibles au saccharose.

Quand la réalité rejoint l'analyse : les journaux alimentaires révèlent que les enfants porteurs de cette variante consomment un pourcentage plus élevé de leurs calories quotidiennes en sucre ajouté. Enfin, ces mêmes enfants « accusent » une augmentation de graisse corporelle plus élevée. L'hypothèse que les enfants les plus obèses sont plus insensibles au sucre et donc en auraient plus besoin est donc fausse : les enfants ayant plus de graisse corporelle sont en général plus sensibles au sucre et sont en mesure de détecter le goût sucré à des concentrations inférieures de saccharose. Une découverte donc, avec des implications en matière d'alimentation, qui fait espérer les auteurs de pouvoir un jour amener l'évaluation du laboratoire au chevet du patient pour pouvoir passer à une "nutrition de précision".


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages