Vous recherchez une actualité
Actualités

NUTRITION : Mais pourquoi cette appétence pour le SUCRE ?

Actualité publiée il y a 10 années 8 mois 4 semaines
PNAS

Pourquoi les multiples capteurs de nos cellules gustatives apprécient autant le sucre ? Cette nouvelle recherche accroît considérablement notre connaissance de la façon dont nos cellules gustatives détectent les sucres, une étape clé dans l'élaboration de stratégies pour limiter la surconsommation. Ces scientifiques du Centre Monell ont en effet découvert que nos cellules gustatives possèdent de nombreux détecteurs de sucre spécifiques, autres que les récepteurs déjà connus. Des conclusions publiées dans l’édition du 9 mars des Comptes rendus de l’Académie américaine (Proceedings of the National Academy of Sciences - PNAS).

Certains des noyaux cellulaires (en vert sur le visuel) dans nos papilles comportent un capteur de sucre KATP (en rouge) et KATP est capable de réguler la sensibilité au goût sucré. "Le mécanisme de détection de la douceur des sucres, en nutrition, est l'une des fonctions les plus importantes de nos cellules gustatives», explique l'auteur principal, le Pr. Robert F. Margolskee, neurobiologiste moléculaire au Monell Chemical Senses Center, un institut de recherche indépendant, à but non lucratif basé à Philadelphie (Pennsylvanie). "Beaucoup d'entre nous consomment trop de sucre et nous avons besoin de mieux comprendre comment une cellule « sait » reconnaître le sucre ».


Les scientifiques savent depuis un certain temps que le récepteur T1R2 + T1R3 est le principal mécanisme qui permet aux cellules gustatives de détecter de nombreux composés sucrés, dont les sucres tels que le glucose et le saccharose ou encore les édulcorants artificiels, dont la saccharine et l'aspartame. Cependant, certains aspects du goût sucré ne pouvait pas être expliqués par le récepteur T1R2 + T1R3. Par exemple, bien que le récepteur contienne deux sous-unités qui doivent s'unir pour que cela fonctionne correctement, l'équipe avait auparavant découvert que les souris modifiées sans sous-unité T1R3 étaient encore capables d'apprécier les glucoses et d'autres sucres, tout à fait normalement.

Les capteurs du sucre de l'intestin sont importants car ils régulent la façon dont les sucres alimentaires sont détectés et absorbés, et que les capteurs métaboliques dans le pancréas sont la clé de la régulation des taux sanguins de glucose, les scientifiques ont utilisé des techniques moléculaires et cellulaires pour voir si ces mêmes capteurs se retrouvaient également dans les cellules gustatives. Ils concluent que ces capteurs du sucre de l'intestin et du pancréas sont aussi présents dans nos cellules gustatives. Le système gustatif intègrerait donc la sensation de goût avec des processus digestifs.

Les différents capteurs de sucre peuvent avoir des rôles variés : Un capteur de glucose intestinal également identifié dans les cellules gustatives nommé SGLT1, est un transporteur de glucose qui permet à la cellule d'enregistrer le goût sucré. Dans le pancréas, le capteur sous le nom de KATP, surveille les niveaux de glucose et déclenche la libération d'insuline quand ces niveaux augmentent. La présence de ce canal KATP suggère que les cellules gustatives peuvent jouer un rôle dans la régulation de notre sensibilité au goût sucré dans différentes situations nutritionnelles, conclut le Pr. Karen K. Yee, auteur principal de l'étude.

«Des connaissances qui peuvent contribuer à comprendre comment limiter la surconsommation d'aliments sucrés."