Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Dire non aux boissons sucrées dans les écoles reste peu efficace

Actualité publiée il y a 9 années 6 mois 1 semaine
Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine

N’en déplaise aux politiques publiques interdisantles boissons sucrées dans les écoles, cette étude publiée en ligne dans les Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine (JAMA) menée sur 6.900 élèves d’écoles publiques dans 40 états, montre que cette interdiction semble n’avoir aucun effet de réduction sur la consommation globale de boissons sucrées des adolescents. Mais il faut mettre un bémol à ces conclusions. L’étude recommande néanmoins ces mesures, mais dans le cadre d’une politique globale de prévention de l’obésité.

«Au cours de ces 25 dernières années, les sources de l'apport énergétique chez les jeunes se sont déplacées vers une plus grande consommation de boissons sucrées, comme les sodas, les boissons énergisantes et les boissons aux fruits riches en calories», rappellent les auteurs. Aux Etats-Unis et en France, les boissons sucrées sont bannies des écoles.


Le Pr. Daniel R. Taber, de l'Université de l'Illinois à Chicago, a examiné les politiques des états qui prônent l'interdiction de toutes les boissons sucrées dans les écoles vs celles qui n'interdisent que les sodas ou encore, par rapport à l'absence totale de mesure contre les boissons sucrées en milieu scolaire. Les auteurs ont cherché à déterminer si ces politiques ont été associées à une consommation globale réduite de boissons sucrées chez les adolescents.

L'interdiction des sodas n'est pas efficace: L'analyse a inclus 6.900 élèves d'écoles publiques de 40 états qui ont répondu à des questionnaires sur l'accès et l'achat de boissons sucrées et sur leur consommation globale. Les auteurs constatent que la proportion d'élèves consommateurs de boissons sucrées avec accès libre/possibilité d'achat au sein de leur établissement est identique à la proportion de ceux qui n'ont pas accès aux sodas (seuls) au sein de leur établissement scolaire (66,6% et 28,9% respectivement vs 66,6% et 26% respectivement).

Globalement, la consommation de boissons sucrées n'est pas associée à la politique menée contre les boissons sucrées, en milieu scolaire. Ainsi, environ 85% des élèves ont déclaré consommer des boissons sucrées au moins une fois au cours des 7 derniers jours et 26 à 33% des étudiants ont déclaré une consommation quotidienne. Une analyse supplémentaire indique que seule une interdiction stricte de tous les types de boissons sucrées apporte une très légère diminution de la consommation.

«Notre étude s'ajoute à une masse croissante de la littérature qui suggère que pour être efficaces, les interventions scolaires doivent être globales en matière d'obésité", concluent les auteurs. L'interdiction isolée des sodas n'a aucun effet de réduction de la consommation des adolescents.