Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: La prévalence polynésienne, un signe avant-coureur pour la planète?

Actualité publiée il y a 6 années 7 mois 5 jours
AAAS

Cette étude menée par un anthropologue biologiste de l'Université Brown qui s’est penché sur la très forte prévalence de l’obésité dans l’archipel des Îles Samoa, conclut que cette situation est bien riche d’enseignement pour l’ensemble des pays en développement. Elle pourrait même permettre d’estimer l’évolution de la prévalence de l’obésité dans ces pays. Pour cause, la crise de l’obésité samoane coïncide avec l’arrivée des modes de vie et des régimes occidentaux. Présentés lors de la Réunion annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), ces travaux mettent en évidence 3 types de facteurs, génétiques, environnementaux et économiques.


Car aux Îles Samoa, environ les trois quarts de la population adulte sont obèses et c'est le taux le plus élevé d'obésité dans le monde. Une personne sur 5 est diabétique et les dernières données montrent des taux d'obésité élevés même chez les nouveau-nés. La crise de l'obésité s'est déclarée il y a quelques décennies, précise l'épidémiologiste, Stephen McGarvey, biologiste à l'École de santé publique de l'Université Brown, qui a mené plusieurs études génétiques sur les Îles à la recherche de susceptibilités spécifiques à la population samoane. L'auteur est allé rechercher des explications dans les migrations et l'histoire des peuples polynésiens, pensant que les conditions de vie pouvaient aussi avoir influencé l'expression des gènes.

3 facteurs principaux finalement sont retenus pour expliquer cette obésité exceptionnelle :

· La génétique et l'épigénétique,

· la culture et l'économie, ou les facteurs environnementaux

· la situation géographique.

Dans le cadre de l'étude d'association pangénomique (GWAS) menée par les National Health Institutes américains (NIH), l'équipe du Dr McGarvey a fait ses recherches à Samoa sur l'influence de la génétique ou de l'expression génétique (épigénétique) sur le risque d'obésité. Ils aboutissent à « quelques petites choses » qui pourraient être uniques à Samoa. Les chercheurs doivent encore reproduire ces constatations dans un ensemble plus large de données samoanes, voire tenter de les reproduire chez d'autres groupes de population.

La culture et l'économie de l'archipel ont évolué entraînant un changement de régime alimentaire et de mode de vie qui coïncide avec la crise de l'obésité. Autrefois, les Samoans pêchaient, aujourd'hui ils ont accès à la restauration rapide. Une précédente étude (2012) de la même équipe identifie ainsi une augmentation de 900 calories par personne et par jour entre 1961 et 2007, majoritairement constituée de graisses alimentaires. Enfin, les initiatives d'éducation nutritionnelle et de prévention –comme la recommandation de pratiquer l'exercice physique- ont tardé à venir.

Reste le facteur géographique. Situées entre l'Australie et l'Amérique du sud, les Îles polynésiennes, en particulier les Îles Samoa américaines ont vu débarquer très brutalement restaurants fast-food et supermarchés qui ont couvert, en quelques années seulement l'ensemble du territoire. Un tel scenario serait peu envisageable en Afrique. Cela expliquerait l'évolution plus lente de l'obésité dans de plus larges continents. Mais en dehors de facteurs génétiques spécifiques qui interviennent selon l'auteur dans une moindre mesure, l'île de Samoa pourrait bien être une illustration prédictive de l'obésité mondiale à venir.

Source: AAAS 2014 Comparative Advantage: Global Perspectives on Human Biology and Health et Developmental and Temporal Approaches to Human Biology and Health in Samoa

Autres actualités sur le même thème