Actualités

OBÉSITÉ: Pourquoi l'appétit vient en stressant

Actualité publiée il y a 10 années 10 mois 3 semaines
Neuron

Ces scientifiques canadiens soulignent à nouveau le lien entre le stress et l'appétit et nous font découvrir le mécanisme par lequel le stress augmente l’appétit. Chez le rat. Des résultats, publiés dans l’édition en ligne de la revue Neuron, qui contribuent à confirmer le stress comme l'un des facteurs de l'obésité.

Ces chercheurs, les Prs Jaideep Bainset Quentin Pittman du Hotchkiss Brain Institute (HBI) de l'Université de Calgary (Canada) ont découvert un mécanisme par lequel le stress augmente collecte d'aliments chez le rat.


Normalement, le cerveau produit des neurotransmetteurs ou composés chimiques qui permettent aux neurones de communiquer dans le cerveau. Ces endocannabinoïdes envoient des signaux pour contrôler l'appétit. Dans cette étude, les chercheurs constatent que lorsqu'il y a absence de nourriture, une réponse au stress se produit qui provoque temporairement une fonction de re-câblage dans les circuits neuronaux. Ce re-câblage peut nuire à la capacité des endocannabinoïdes à réguler la prise alimentaire et peuvent donc contribuer à une prise alimentaire excessive.
Lorsque les chercheurs bloquent les effets des hormones du stress dans le cerveau, l'absence de nourriture n'entraine alors pas de changement dans les circuits neuronaux, en particulier dans la région de l'hypothalamus qui joue un rôle important dans le contrôle de l'appétit et le métabolisme et a été identifiée comme le principal site de la réponse au stress.

Le responsable? le stress induit par le manque de nourriture : «Ces résultats pourraient aider à expliquer comment la communication neuronale dans notre cerveau peut être modifiée en l'absence de nourriture, ou plutôt par le stress induit par le manque de nourriture ». Si des changements similaires se produisent dans le cerveau humain, ces résultats pourraient avoir plusieurs implications pour la santé humaine: "Par exemple, si nous décidons de “sauter” un repas, le cerveau semble simplement augmenter le lecteur dans les voies menant à un appétit accru”.

C'est donc l'activation de la réponse au stress face au manque de nourriture qui entraîne la perte de contrôle de l'appétit et contribue à expliquer la relation entre stress et obésité. Cette recherche met une nouvelle fois en évidence l'importance de la disponibilité de la nourriture, dont l'absence entraîne des changements dans la manière dont nos neurones communiquent.