Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Se voir en surpoids aggrave parfois la prise de poids

Actualité publiée il y a 4 années 7 mois 6 jours
International Journal of Obesity

Réaliser qu’on est en surpoids peut aggraver la prise de poids, plus que lorsqu’on n’a pas conscience des kilos en trop, conclut cette étude de l’Université de Liverpool. L’analyse qui a porté sur les données de plus de 10.000 adultes suivis durant des périodes allant de 9 à 23 ans constate en effet, que les sujets qui s’identifient comme étant en surpoids sont plus susceptibles d’être stressés et de répondre au stress par la suralimentation, ce qui prédit un gain de poids ultérieur. En cause, le stress social du juste poids.

Les chercheurs ont évalué les perceptions de poids de 14.000 adultes, participants de 3 cohortes, la US National Longitudinal Study of Adolescent to Adult Health, la UK National Child Development Study et la Midlife in the United States. Cette évaluation a été effectuée à l'enfance, puis à l'âge adulte, les chercheurs ont ensuite vérifié si ces perceptions étaient justes. Ils ont enfin pris en compte la prise de poids des participants sur la durée de suivi.


Curieusement, alors qu'on imagine qu'une personne consciente de son surpoids sera plus susceptible d'adopter un mode de vie plus sain et de perdre du poids, l'analyse constate que réaliser qu'on est surpoids implique des choix de mode de vie plus difficiles, ce qui entraîne un stress, auquel l'une des réponses fréquentes est la suralimentation. Ce qui prédit la prise de poids. Précisément,

· les participants qui se perçoivent comme étant en surpoids ont un risque accru de gain de poids ultérieur.

· Cet effet est observé indépendamment du statut pondéral de départ et indépendamment de la justesse des perceptions du statut pondéral,

· se percevoir comme étant en surpoids est associé aux excès alimentaires en réponse au stress,

· le stress est le facteur de médiation de la relation entre le surpoids perçu et la prise de poids ultérieure.

Il ne s'agit pas de nier l'excès de poids : Notons cette étude, du Weill-Cornell Medical College, publiée dans le Journal of General Internal Medicine, qui traitait de l'incapacité à reconnaître un poids anormal chez les enfants en surpoids ou obèses et d'une indulgence fréquente au sein de familles touchées par l'obésité. Cette étude rappelait la nécessité d'une prise en charge du surpoids en temps opportun, non seulement pour rétablir un mode de vie sain avec une alimentation diversifiée et la pratique de l'exercice, mais aussi pour ne pas entériner une perception erronée et une tolérance de long terme sur un risque majeur pour la santé.

Il s'agit de limiter le stress associé au surpoids dans notre société, de lutter contre la stigmatisation des personnes en surpoids et de limiter les images de corps stéréotypées. Nous devons repenser et reconsidérer le discours sur le poids corporel, le surpoids et l'obésité, écrivent les auteurs. Il existe des interventions permettant d'encourager les personnes en excès de poids à faire des changements de mode de vie, il existe des interventions capables de réduire la discrimination.

Source: International Journal of Obesity 7 August 2015; doi: 10.1038/ijo.2015.143

Perceived weight status and risk of weight gain across life in US and UK adults

Lire aussi: OBÉSITÉ: Sa juste perception est le début de la rémission

Autres actualités sur le même thème