Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Twitter, votre coach minceur

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 6 jours
Translational Behavioral Medicine

C’est ce que suggère cette étude qui a regardé le rôle du réseau social dans le cadre d'un programme de perte de poids pour les personnes obèses et en surpoids et qui conclut à …une perte de poids de 0,5% tous les 10 tweets ! L'étude menée par des chercheurs de l'Université de Caroline du Sud et du Nord, publiée dans l’édition du 11 janvier de la revue Translational Behavioral Medicine, met en avant l’intérêt du réseautage social et du partage d’expérience dans l’entreprise difficile d’une perte de poids.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Si ces résultats chiffrés peuvent paraître fantaisistes, ils mettent néanmoins en avant un rôle que pourraient jouer les réseaux sociaux dans la lutte contre l'obésité. En effet, les programmes « Clubs » type Weight Watchers ont montré leur efficacité, pourquoi les réseaux sociaux ne pourraient-ils pas intervenir comme des clubs minceur virtuels, en permettant de communiquer et de partager les expériences d'autres personnes qui tentent de perdre du poids?


Les chercheurs ont suivi, durant 6 mois, 96 hommes et femmes, âgés de 18 à 60 ans, en surpoids ou obèses, équipés à titre personnel d'un iPhone, iPod Touch, Blackberry ou Android OS. Les participants ont reçu un paiement incitatif de 40$ pour accepter d'être suivis durant ces 6 mois. Un premier groupe a reçu des podcasts réguliers encourageant à atteindre une perte de poids. Le deuxième groupe a reçu les podcasts aussi, mais encourageant au téléchargement de 2 applications sur leurs mobiles, une application de régime alimentaire et activité physique et une application Twitter. Les participants devaient se connecter quotidiennement à Twitter pour lire et envoyer des messages, que ce soit en utilisant leur compte Twitter existant ou en en créant un nouveau, afin de pouvoir recevoir des conseils de perte de poids et les messages des autres participants au programme. Le conseiller postait 2 messages par jour sur Twitter afin de stimuler les échanges.

Les participants ont été pesés au départ de l'étude, puis à 3 et 6 mois. Le nombre et le contenu de leurs tweets ont été évalués.

· Les auteurs constatent, sur l'ensemble des 96 participants,

- l'absence de différence de perte de poids entre les deux groupes à 3 ou 6 mois.

· Dans une sous-analyse du groupe « Twitter »,

- Un nombre de 0 à 385 tweets par participant sur 6 mois,

- Une plus grande activité sur Twitter durant les 3 premiers mois (64% des tweets)

- Aucune association entre le fait d'être utilisateur twitter avant l'étude et l'utilisation Twitter en cours d'étude

- le nombre de tweets prédit de façon significative la perte de poids à six mois,

- chaque tranche de 10 tweets correspond à environ 0,5% de perte de poids corporel,

- la majorité des tweets échangés sont de type informationnel, et décrivent les expériences des participants en matière de perte de poids

Une utilisation active de Twitter serait donc associée à une plus grande perte de poids ? Si des études complémentaires sont nécessaires pour préciser l'utilisation éventuelle de Twitter dans différentes démarches sanitaires (alcool, tabac, obésité), c'est en tous cas une voie intéressante pour apporter un soutien social à distance.

Source: Translational Behavioral Medicine 10.1007/s13142-012-0183-y online January 11 2013 Weight loss social support in 140 characters or less: use of an online social network in a remotely delivered weight loss intervention (Visuel © iceteastock - Fotolia.com)

Lire aussi: OBÉSITÉ: Les réseaux sociaux, facteurs de troubles du comportement alimentaire

L'OBÉSITÉ se propage aussi par les réseaux sociaux -

Autres actualités sur le même thème