Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : 2 pesticides doublent le risque de développement de la maladie

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 2 semaines
Environmental Health Perspectives

De nouvelles recherches menées des chercheurs du National Institute of Environmental Health Sciences américain (NIEHS-NIH) et du Parkinson's Institute and Clinical Center (Sunnyvale-Californie) démontrent un lien entre l'utilisation de 2 pesticides, la roténone et le paraquat et la maladie de Parkinson. Les utilisateurs de ces pesticides ont développé la maladie de Parkinson environ 2,5 fois plus souvent que les non-utilisateurs. Des résultats publiés dans l’édition en ligne du 26 janvier de la revue Environmental Health Perspectives qui contribuent aussi à mieux comprendre les mécanismes de développement de la maladie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

"La roténone inhibe directement la fonction des mitochondries, la structure chargée de produire de l'énergie dans la cellule», explique le Pr. Freya Kamel, chercheuse au NIEHS et co-auteur de l'article «Le paraquat augmente la production de certains dérivés de l'oxygène qui peuvent nuire à certaines structures cellulaires. Les personnes qui ont utilisé ces pesticides ou d'autres ayant le même mécanisme d'action ont été plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson ».


La Farming & Movement Evaluation (FAME) Study examine la relation entre la maladie de Parkinson et l'exposition aux pesticides et autres substances neurotoxiques. L'étude examine également le lien entre la maladie et les facteurs de style de vie. Les auteurs ont suivi 110 personnes atteintes de la maladie de Parkinson et 358 témoins participant à cette étude FAME pour étudier la relation entre la maladie de Parkinson et l'exposition à aux pesticides. Il faut savoir qu'il n'y a pas de jardin potager ou résidentiel ou le paraquat ou la roténone n'aient pas été utilisés…disent les auteurs.

Résultats : Sur 110 cas de maladie de Parkinson et 358 témoins, la maladie de Parkinson a été associée à l'utilisation d'un groupe de pesticides qui inhibent le complexe mitochondrial (OR 1,7, IC 95%: 1,0, 2,8), dont la roténone (OR 2,5, IC 95%: 1,3, 4,7), et un groupe de pesticides qui causent un stress oxydatif (OR 2,0, IC 95%: 1,2, 3,6) dont le paraquat (OR 2,5, IC 95%: 1,4, 4,7).

Pour les chercheurs, les conclusions sont sans appel, la maladie de Parkinson est positivement associée à deux groupes de pesticides ceux qui nuisent à la fonction mitochondriale et ceux qui augmentent le stress oxydatif, qui favorisent le rôle de ces mécanismes dans la physiopathologie dela maladie.

«Ces résultats nous aident à comprendre les changements biologiques qui sous-tendent la maladie de Parkinson. Cela peut avoir des implications importantes pour le traitement et, finalement, la prévention de la maladie ", conclut le Pr. Caroline Tanner, directeur de recherche clinique du Parkinson's Institute and Clinical Center, auteur principal de l'article.

En juin 2009, les Annals of Neurology publiaient en ligne les résultats d'une étude réalisée par une unité de l'Inserm concluant que l'exposition aux pesticides double quasiment le risque de la maladie de Parkinson parmi les agriculteurs.