Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON, alors double risque de mélanome ?

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 2 semaines
Neurology

Cette analyse de plusieurs études, publiée dans l’édition du 7 juin de la revue Neurology, la revue médicale de l'American Academy of Neurology montre bien que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont un risque en moyenne deux fois plus élevé de mélanome. Un risque de mélanome encore plus significatif chez les hommes et qui augmente après le diagnostic de la maladie de Parkinson mais qui devra être confirmé par de nouvelles études de plus grande ampleur.

Des études antérieures cherchant un lien entre maladie de Parkinson et mélanome se sont avérées non concluantes, c'est pourquoi le Pr. Honglei Chen, avec le National Institute of Environmental Health Sciences (NIH) a passé en revue un grand nombre d'études pour tenter d'établir un lien.


12 études menées de 1965 à 2010 ont ainsi été analysées, 8 de ces étude comprenaient moins de 10 patients atteints des 2 pathologies et 7 études ont fourni des résultats spécifiques à chaque sexe. Le ratio de prévalence de mélanome avec la maladie de Parkinson atteint 2,11 (IC: 95%), 2,04 (1,55 à 2,69) pour les hommes et 1,52 (0,85 à 2,75) pour les femmes. Les analyses effectuées sur la durée montrent que la prévalence du mélanome est significativement plus élevée après le diagnostic de la maladie de Parkinson (OR:3,61, IC:95% de 1,49 à 8,77), mais pas avant son diagnostic (OR: 1,07, IC: 95% de 0,62 à 1,84).

Cette analyse confirme donc que les hommes atteints de la maladie de Parkinson sont deux fois plus susceptibles, que ceux qui n'ont pas la maladie, d'avoir un mélanome. Les femmes atteintes de la maladie de Parkinson sont 1,5 fois plus susceptibles d'être diagnostiquées avec un mélanome. En revanche, les chercheurs n'ont pas identifié de lien significatif entre Parkinson et le cancer de la peau non-mélanome.

"Les personnes atteintes par la maladie de Parkinson ont, en général, un moindre risque de cancer, de cancers liés au tabagisme, en particulier, mais en revanche un risque plus élevé de mélanome”.

Une explication possible de cette association seraient certains facteurs génétiques et facteurs de risque environnementaux communs aux deux maladies, explique le Pr. Chen. "Cependant, notre compréhension de ce lien reste encore très préliminaire."