Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : L'ibuprofène, un agent neuroprotecteur contre la maladie

Actualité publiée il y a 10 années 9 mois 1 semaine
Neurology

Une nouvelle étude menée par la Harvard School of Public Health (HSPH) montre que les adultes qui prennent régulièrement de l'ibuprofène, un anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS), ont environ un tiers de risques de moins de développer la maladie que les « non –utilisateurs ». Ces conclusions publiées dans l’édition en ligne du 2 mars de la revue Neurology, suggèrent que l'ibuprofène pourrait être un agent potentiel neuroprotecteur contre la maladie de Parkinson.

"Il n'existe aucun traitement pour la maladie de Parkinson et la possibilité que l'ibuprofène, un médicament existant et relativement non toxique, pourrait aider à protéger contre la maladie est captivante», déclare l'auteur principal Alberto Ascherio, professeur d'épidémiologie et de nutrition à la HSPH.


La maladie de Parkinson, une maladie progressive survenant généralement après l'âge de 50 ans, affecte au moins un demi-million d'Américains, selon le National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Environ 50.000 nouveaux cas sont signalés chaque année aux Etats-Unis et le nombre de personnes atteintes devrait augmenter partout dans le monde avec le vieillissement de la population. On suppose que l'ibuprofène pourrait réduire l'inflammation dans le cerveau liée à la maladie.

Des études antérieures avaient déjà montré un risque de maladie de Parkinson réduit chez les utilisateurs d'AINS, mais la plupart de ces études n'avaient pas fait de distinction entre l'ibuprofène et les autres AINS.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de près de 99.000 femmes inscrites dans l'étude cohorte Brigham and Women's Hospital-based Nurses' Health Study et de plus de 37.000 hommes inscrits à la Health Professionals Follow-Up Study. Les chercheurs ont identifié 291 cas (156 hommes et 135 femmes) de maladie de Parkinson au cours l'étude durant 6 années de suivi (1998-2004 chez les femmes; 2000-2006 chez les hommes). Sur la base de questionnaires, les chercheurs ont analysé l'utilisation par les patients d'ibuprofène (Advil, Motrin, Nuprin), d'aspirine ou de produits contenant d'autres analgésiques anti-inflammatoires et de l'acétaminophène. Bien que n'étant pas un AINS, le paracétamol a été inclus. Les autres facteurs, âge, tabagisme, alimentation, consommation de caféine ont également été pris en compte.

«Nous avons observé que les hommes et les femmes ayant pris de l'ibuprofène deux fois ou plus par semaine étaient d'environ 38% moins susceptibles de développer la maladie de Parkinson que ceux qui prennent régulièrement de l'aspirine, de l'acétaminophène, ou d'autres AINS," explique le Pr. Gao. "Nos résultats suggèrent que l'ibuprofène pourrait être un agent potentiel neuroprotecteur contre la maladie de Parkinson, cependant, le mécanisme exact est inconnu."

Ces résultats soulèvent l'espoir que facilement accessible, des médicaments peu coûteux, pourraient aider à traiter la maladie de Parkinson. «Parce que la perte de cellules du cerveau qui conduit à la maladie de Parkinson se produit durant plus d'une décennie voire plus, une explication possible de nos conclusions est que l'utilisation de l'ibuprofène protège ces cellules. Si c'est le cas, l'utilisation de l'ibuprofène pourrait contribuer à ralentir la progression de la maladie".