Vous recherchez une actualité
Actualités

PÉNURIE de MÉDICAMENTS : Les associations de patients exclues de la concertation?

Actualité publiée il y a 7 années 10 mois 1 semaine
TRT-5

Le 7 septembre, le Ministère de la santé annonçait le lancement d’un plan gouvernemental sous la responsabilité de la DGS, pour éviter les ruptures de stocks de médicaments. Etaient conviées les parties prenantes de la production et de la distribution de médicaments : les industriels, les grossistes-répartiteurs, le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens, les syndicats de pharmaciens d’officine et hospitaliers, ainsi que les autorités sanitaires. Mais les premiers concernés, les

Patients et leurs associations, n'avaient pas été conviés. Le groupe interassociatif de lutte contre le VIH/sida TRT-5 alerte aujourd'hui à nouveau sur de constantes ruptures de traitements antirétroviraux VIH dans les pharmacies de ville.


Les Associations de patients, rappelle TRT-5, un collectif de neuf associations de lutte contre le VIH/sida mènent également un travail d'enquête sur le terrain, identifient les causes de ruptures de

Stocks et sont force de propositions auprès des autorités de santé et des industriels du médicament.

Le collectif rappelle que depuis deux ans, des personnes malades font part de constantes ruptures de traitements antirétroviraux VIH dans les pharmacies de ville. Ces ruptures qui concernent des médicaments essentiels, doivent inciter à distinguer, par un statut particulier, les médicaments vitaux afin d'assurer leur constante disponibilité sur le territoire national.

Le plan d'actions, annoncé par le Ministre, comporte bien une identification des zones de risque avec l'établissement d'une liste de classes thérapeutiques définies comme sensibles, c'est-à-dire présentant un intérêt majeur et à risque de rupture et mise en place d'un suivi national des approvisionnements de ces produits. Les antirétroviraux sont bien au nombre de ces médicaments sensibles. Est également prévu que les laboratoires soient contraints de signaler, avec un préavis les possibles ruptures de médicaments.

Une question de concertation : Le Collectif demande que les associations et collectifs de patients soient destinataires du projet de décret en cours pour défendre l'intérêt des malades.

Autres actualités sur le même thème