Vous recherchez une actualité
Actualités

PHOTOPROTECTION: L'extrait de fraise protège contre les rayons U.V.A

Actualité publiée il y a 8 années 10 mois 3 semaines
Journal of Agricultural Food Chemistry

Cette expérience, menée par des chercheurs italiens et espagnols, montre que l'extrait de fraise ajouté à des cultures de cellules de peau agit comme un agent protecteur contre les rayons UVA et réduit les dommages causés par les rayons à l'ADN. Ces résultats, publiés dans l’édition d’août du Journal of Agricultural Food Chemistry, ouvrent la possibilité de développer une crème photoprotectrice « à la fraise ». Maurizio Battino, chercheur à l'Università Politecnica delle Marche (Italie) et auteur principal de l'étude et son équipe ont préparé des cultures de cellules de la peau ou fibroblastes auxquelles ils ont ajouté l’extrait de fraise à différentes concentrations (0,05, 0,25 et 0,5 mg / ml), plus un extrait de contrôle-sans ajout-. Les échantillons ont ensuite été exposés à la lumière ultraviolette et à une dose équivalente à 90 minutes d’exposition au soleil de midi, l’été «dans la Riviera française ».

Une protection pour les cellules de la peau: Leurs observations confirment que l'extrait de fraise, en particulier à une concentration de 0,5 mg / ml, présente des propriétés photoprotectrices significatives pour ces fibroblastes exposés à un rayonnement UVA, augmente la survie des cellules et diminue les dommages causés à l'ADN des cellules. «Des résultats qui suggèrent une protection pour des lignées cellulaires soumises à des conditions qui peuvent provoquer le cancer ou d'autres maladies inflammatoires et dégénératives de la peau ». Les fraises de notre alimentation seraient donc une source naturelle possible de composés protecteurs contre le rayonnement U.V. Les anthocyanes, des pigments qui donnent aux feuilles, aux fleurs et aux fruits leur couleur rouge pourraient conférer aux fraises leurs propriétés photoprotectrices. "Ces composés ont d'importantes propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et anti-tumorales et sont capables de moduler les processus enzymatiques ». De prochaines études doivent encore évaluer la biodisponibilité et la bioactivité des anthocyanes sur les différentes couches du derme et de l'épiderme de la peau humaine.

Autres actualités sur le même thème