Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉMATURITÉ et troubles du comportement: Quelques semaines trop tôt doublent le risque

Actualité publiée il y a 8 années 1 semaine 3 heures
Archives of Disease in Childhood

Un risque double de troubles comportementaux et émotionnels à l'âge préscolaire chez les enfants modérément prématurés, c’est-à-dire nés juste quelques semaines avant terme, vient d’être constaté par cette étude publiée dans l’édition en ligne du 5 décembre des Archives of Disease in Childhood. Une conclusion qui engage, selon les auteurs, à une surveillance psychologique ciblée.

S'il est connu que les grands prématurés (avant 32 semaines) ont un risque bien plus élevé de troubles comportementaux et / ou affectifs que les enfants nés à terme, l'impact d'une naissance juste quelques semaines trop tôt n'avait jamais été évalué. Rappelons qu'en France, le nombre de naissances prématurées augmente soit une progression de 15 % depuis 10 ans.


Les auteurs ont suivi plus de 1.500 enfants dont le comportement et le développement émotionnel ont été évalués à l'âge de 4 ans, en utilisant des tests validés. Tous les enfants faisaient partie d'une étude de cohorte Lollypop qui suivait la croissance, le développement et la santé générale des enfants nés prématurément. Un peu moins de 1.000 enfants sont nés entre 32 et 35 semaines de grossesse, et considérés comme «modérément prématurés», et un peu moins de 600 sont nés à terme. 7 composantes comportementales / émotionnelles ont été évaluées, dont l'anxiété / dépression, l'agressivité, les troubles de l'attention, les plaintes somatiques. La prévalence des comportements (externalisation) et affectifs (internalisation) ont également été évalués.

Un risque double de problèmes comportementaux et émotionnels : Les enfants modérément prématurés présentent des scores plus élevés que les enfants nés à terme sur l'ensemble des mesures et jusqu'à une différence moyenne de score cumulé de plus de quatre points. La tendance aux troubles du comportement est plus élevée chez les garçons, tandis qu'une proportion similaire de filles présente des troubles affectifs. En fin de compte, ces enfants modérément prématurés ont presque 2,5 fois plus de risque d'intérioriser des troubles du comportement et sont 70% plus susceptibles de les externaliser que les enfants nés à terme. Ils sont presque deux fois plus susceptibles d'avoir des troubles somatiques et presque deux fois plus susceptibles d'avoir des problèmes comportementaux et émotionnels, dans l'ensemble.

«Nos résultats démontrent que les enfants modérément prématurés sont plus susceptibles d'avoir déjà des problèmes comportementaux et émotionnels avant même l'entrée à l'école», écrivent les auteurs, qui suggèrent que ces enfants peuvent bénéficier d'une aide ciblée. Des problèmes qui ont tendance à persister dans l'enfance et l'adolescence et sont susceptibles, plus tard, d'avoir des conséquences sur leur vie sociale.

Source: Archives of Disease in Childhood via Eurekalert (AAAS) Kids born just a few weeks early at risk of behavioural problems

Accéder aux dernières actualités sur la Prématurité

Autres actualités sur le même thème