Vous recherchez une actualité
Actualités

SANTÉ au TRAVAIL: Quand l'aptitude fait parfois le risque de suicide

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 3 semaines
of Epidemiology and Community Health

Quand il n'y a pas de travail, l'aptitude au travail n'est pas forcément un avantage. En particulier lorsque l'on bénéficiait jusque-là d'une pension d'incapacité. Un test d’aptitude au travail lié à un risque accru de suicide, c’est ce que révèle cette étude toute britannique de l’Université de Liverpool. Si l’incapacité peut-être à l'évidence un facteur d'anxiété et de dépression, ici c'est plutôt le processus du test d'aptitude lui-même et la politique du Ministère du travail britannique qui sont mis en cause. Les conclusions, présentées dans le Journal of Epidemiology and Community Health suggèrent même que depuis la mise en oeuvre de ce process, le nombre de suicides aurait augmenté. "First do no harm", écrivent les auteurs. Encore une fois, un cas britannique, qui illustre néanmoins toute l'importance des politiques de santé et d'action sociale en temps de crise.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Introduit en Angleterre en 2010, ce test d'aptitude au travail (WCA : Work Capability Assessments) conditionne aussi les prestations d'invalidité. Il n'est pas systématique mais est nécessaire pour une demande de reconnaissance d'incapacité au travail. Basé sur un entretien face face avec un professionnel de santé, il repose sur une grille de critères très controversée en Angleterre, en particulier parce qu'en fin de compte le nombre de personnes éligibles à l'allocation "handicap" (ESA: Employment and Support Allowance) a été considérablement réduit depuis sa mise en oeuvre.


Ici, les chercheurs ont analysé les données de santé mentale (nombre de suicides, blessures pour raisons indéterminées, prescriptions d'antidépresseurs, autres diagnostics…) d'adultes âgés de 18 à 65 ans, dans 149 zones d'Angleterre puis ont regardé si des changements dans l'aptitude au travail via le WCA étaient associés à des problèmes de santé mentale. Parce que plus de WCAs ont été réalisés dans les zones défavorisées, les chercheurs ont ajusté les données pour tenir compte du statut de l'emploi, des salaires et des niveaux socio-économiques.

L'étude montre que les taux de suicides, les problèmes de santé mentale et les prescriptions d'antidépresseurs sont plus importants dans les zones qui ont effectué plus de WCAs.

Précisément, pour 10.000 personnes réévaluées, sont recensés :

· 6 suicides supplémentaires

· 2.700 rapports supplémentaires de problèmes de santé mentale

· et 7.020 prescriptions supplémentaires d'antidépresseurs.

Ø Sur la période 2010 à 2013, les chercheurs estiment que les demandes d'invalidité effectuées correspondent à 590 suicides supplémentaires.

En conclusion, passer ce test d'aptitude est prédictif d'un risque plus élevé de suicide, de problème mental dont la dépression. L'analyse de cette association est complexe car l'incapacité peut entraîner en soi l'anxiété et la dépression, voire accroître le risque de suicide. Mais les chercheurs suggèrent ici que c'est le processus même et la politique mise en place autour de l'incapacité qui entraîne cet effet sur la santé mentale. Ainsi, depuis la mise en place de ce process, nombreux seraient ceux, qui jusque-là considérés comme avec incapacité, auraient été à nouveau déclarés aptes au travail. Des décisions dont les conséquences (perte de la pension, absence de postes à pourvoir), peuvent être sévères, en particulier en période de crise. Si l'idéal serait d'encourager la création d'emplois compatibles avec une incapacité, et de favoriser par l'emploi l'autonomisation des personnes à handicap, cet objectif reste inatteignable en période de crise.

Source: Journal of Epidemiology and Community Health November 16 2015 doi:10.1136/jech-2015-206209 First, do no harm': are disability assessments associated with adverse trends in mental health? A longitudinal ecological study

Lire aussi: FIN de VIE: Un âge avancé va de pair avec plus d'incapacité -

Autres actualités sur le même thème