Vous recherchez une actualité
Actualités

SEXUALITÉ: L'anatomie pour démystifier l'orgasme

Actualité publiée il y a 5 années 6 jours 8 heures
Clinical Anatomy

Pas d'orgasme uniquement vaginal, c’est ce suggèrent ces chercheurs italiens, qui reprécisent, avec cette revue « narrative » de la littérature scientifique sur le sujet, l’anatomie et la terminologie anatomique de la réponse sexuelle féminine. Leurs conclusions, présentées dans la revue Clinical Anatomy et basées sur l’absence totale de structure anatomique au sein du vagin pouvant provoquer un orgasme, soulève une question d’importance, pour les experts en médecine sexuelle et les sexologues, mais aussi pour les femmes et leurs partenaires. On ne pourrait ainsi plus parler de dysfonction sexuelle féminine, lorsqu’une femme est incapable d'atteindre l’orgasme par la seule pénétration. Prenant en compte qu’une sexualité réussie est une condition majeure pour l’estime de soi, le bien-être et la qualité de vie, et globalement la santé, si vérifiée, cette conclusion aura des implications importantes.

Les experts en médecine sexuelle doivent pouvoir se baser sur des certitudes biologiques et anatomiques et pas sur des hypothèses ou des opinions personnelles, expliquent les auteurs de l'Italian Centre of Sexology et de l'Université de Florence. Or, selon leur revue de la littérature, le vagin n'a pas de structure anatomique pouvant provoquer un orgasme, ce qui rendrait impossible l'atteindre de l'orgasme lors de rapports sexuels avec pénétration seule. De plus, les dernières recherches ont proposé une nouvelle « terminologie anatomique » de la sexualité féminine, dont la notion de clitoris interne lié au point G. Mais l'existence de ce point G est elle-même controversée, même si plus de 80% des femmes y croient fermement. L'objectif des chercheurs était donc de clarifier tout cela.


Leur revue narrative fait ressortir les principaux points suivants :

· Le « clitoris interne» proposé par certains chercheurs n'existe pas. L'ensemble du clitoris est un organe externe,

· il n'existe aucune base anatomique justifiant l'existence d'u « point G »,

· le vagin n'a pas de relation anatomique avec le clitoris,

· l'orgasme vaginal n'existe pas,

· le tissu érectile féminin responsable de l'orgasme comprend le clitoris, ses bulbes vestibulaires,

· les petites lèvres et le corps spongieux de l'urètre féminin.

· «L'orgasme féminin» est le terme scientifique qui devrait être utilisé pour tous les orgasmes chez les femmes.

Et si l'orgasme vaginal n'existait pas ? Si les dysfonctions sexuelles féminines sont fréquemment évoquées, concluent les chercheurs, elles également fréquemment basées sur une réponse sexuelle qui n'existe pas, l'orgasme vaginal.

Les auteurs répondent ainsi à la théorie des 2 types d'orgasmes, l'orgasme vaginal –qui serait l'apanage des femmes sexuellement accomplies- et l'orgasme clitoridien –souvent considéré comme un « sous-orgasme ». Leur étude ne pourra donc que rassurer un grand nombre de femmes, et leurs partenaires. Qu'elle soit confirmée ou non, la conclusion peut aussi intéresser les hommes à plusieurs titres. En particulier, les hommes qui souffrent de problèmes d'éjaculation prématurée se sentiront probablement rassurés d'apprendre que leur partenaire peut ne pas être en mesure d'atteindre l'orgasme lors de rapports sexuels avec pénétration. Enfin, cette revue ne peut que rappeler qu'il existe d'autres méthodes que la pénétration à explorer, pour parvenir à une sexualité épanouie.

Source: Clinical Anatomy October 6 2014 DOI: 10.1002/ca.22471Anatomy of sex: Revision of the new anatomical terms used for the clitoris and the female orgasm by sexologists

Lire aussi: SEXUALITÉ: Le point « G » existe-t-il vraiment? -

Autres actualités sur le même thème