Vous recherchez une actualité
Actualités

SEXUALITÉ: Le bon cocktail hormonal dans la bonne zone du cerveau

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 2 jours
Current Biology

C’est la Saint Valentin cependant les hormones de votre partenaire peuvent ne pas être au diapason. Cette très sérieuse étude, présentée dans la revue Current Biology et menée sur l’animal, nous révèle en effet pour la première fois un lien entre l'activité dans une zone spécifique du cerveau et un comportement social et sexuel réceptif. Cette zone stimulée par les hormones sexuelles et qui intervient chez l’animal dans l’accouplement, pourrait bien aussi contribuer à déterminer notre comportement socio-sexuel.


Les scientifiques de plusieurs instituts de recherche portugais ont étudié chez des souris femelles, le la une souris femelle s'engage d'abord dans un comportement d'approche du mâle, puis soit dans un accouplement, soit un rejet, en fonction de son état de reproduction. Au moment de ce « choix », son cerveau doit combiner des signaux internes liés aux ovaires et externes ou stimuli sociaux. Les chercheurs ont regardé comment évoluait l'activité neuronale à travers ce processus d'accouplement et de reproduction.

· Ils identifient une activité plus élevée dans la zone du cerveau appelée hypothalamus ventro ventromédian en cas de comportement sexuel, d'accouplement mais aussi d'agressivité. Il se trouve que de nombreux neurones de cette zone expriment des récepteurs d'hormones ovariennes qui jouent un rôle central dans le comportement sociosexuel de la femelle.

· Les chercheurs constatent qu'une grande partie de ces neurones sont activés chez les souris femelles en présence d'autres souris, avec une nette augmentation de l'activité spécifiquement en présence de mâles. De plus, ces réponses neuronales aux mâles –et non aux autres femelles- sont particulièrement élevées au cours des périodes de « réceptivité sexuelle » du cycle. Ces réponses aux mâles sont donc modulées par le cycle de reproduction.

Ces données suggèrent que les hormones sexuelles stimulent cette zone du cerveau.

Alors que la biologie humaine n'est pas très éloignée, ces résultats pourraient bien apporter un aperçu, même limité, du comportement sexuel chez l'Homme et d'un lien entre l'activité d'une zone spécifique du cerveau, le fait d'être réceptif sexuellement et donc le comportement sexuel.

Source: Current Biology February 12 2015 Enhanced Male-Evoked Responses in the Ventromedial Hypothalamus of Sexually Receptive Female Mice

Autres actualités sur le même thème