Vous recherchez une actualité
Actualités

SOCIO: Le chômage accélère le vieillissement cellulaire

Actualité publiée il y a 5 années 11 mois 4 semaines
PLoS ONE

Cette équipe de chercheurs de l’Imperial College de Londres ajoute au stress d’être sans emploi avec son étude sur l’ADN. L’étude révèle en effet des signes objectifs de vieillissement plus rapide chez les hommes qui sont au chômage depuis plus de 2 ans. Des conclusions, publiées dans la revue PLoS ONE, préoccupantes sur les effets à long terme du chômage chez les jeunes.


Les chercheurs britanniques, avec leurs collègues de l'Université d'Oulu (Finlande) ont étudié l'ADN de 5.620 hommes et femmes nés en Finlande en 1966 et mesuré les télomères, de petits « capuchons » de protection situés aux extrémités des chromosomes qui influent sur la rapidité avec laquelle les cellules vieillissent. Les télomères raccourcissent au cours de la vie et leur longueur est considérée comme un marqueur du vieillissement biologique. Des télomères courts sont associés à un risque plus élevé de maladies liées à l'âge telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiaques.

Ici, les chercheurs ont étudié la longueur des télomères dans les globules d'échantillons prélevés en 1997, lorsque les participants étaient âgés de 31 ans. Les chercheurs ont bien pris en compte les facteurs de confusion possibles, sociaux, biologiques et comportementaux. Leur analyse constate que les hommes qui étaient au chômage depuis plus de 2 ans sur les 3 années précédentes ont deux fois plus de risque d'avoir des télomères courts par rapport aux hommes qui ont un emploi.

Curieusement, la tendance n'est pas observée chez les femmes, ce qui s'explique à la fois –écrivent les auteurs- par un nombre plus limité de femmes sans emploi dans l'échantillon mais aussi par un impact du chômage a priori plus nocif pour les hommes que pour les femmes. Mais ce point doit être encore confirmé par d'autres études. Alors que des télomères plus courts sont liés à un risque accru de différentes maladies liées à l'âge ainsi qu'au décès prématuré, l'analyse montre aussi que plus tôt interviennent des événements stressants dans la vie, plus forte est l'accélération du raccourcissement des télomères.

Le chômage de longue durée fait donc définitivement partie des événements capables d'entraîner le vieillissement prématuré. Cette étude en fait la preuve au niveau cellulaire. Des résultats sources de nouvelles préoccupations sur les effets à long terme du chômage chez les jeunes adultes.

Source: PLoS ONE 20 November 2013 DOI: 10.1371/journal.pone.0080094 Long-term unemployment is associated with short telomeres in 31-year-old men: an observational study in the Northern Finland Birth Cohort 1966

Lire aussi:

ÉPIGÉNÉTIQUE: Un mode de vie malsain bouleverse notre ADN –

Un MODE de VIE sain rallonge les télomères et prolonge la vie –

SUICIDES: Le lourd tribut de la récession et du chômage -

Autres actualités sur le même thème