Vous recherchez une actualité
Actualités

Soin de PLAIES CHRONIQUES : Des nanoparticules qui accélèrent la cicatrisation

Actualité publiée il y a 10 années 8 mois 1 semaine
Proceedings of the National Academy of Sciences

Une équipe internationale de chercheurs vient de mettre au point un traitement, à l'échelle nanométrique, sous forme de pommade topique, très prometteur et peu coûteux, pour le traitement des plaies chroniques telles que les ulcères du pied diabétiques ou les brûlures. Il s’agit de protéines « robots », facteurs de croissance, qui se multiplient par dizaines à la chaleur puis se replient en nanoparticules, sur le site de la plaie. Ces développements prometteurs, testés à ce stade sur l’animal, sont présentés dans l’édition en ligne du 30 décembre, de la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).

Les scientifiques rappellent que le diabète touche 3% de la population mondiale, qu'une personne diabétique sur 6 aura un ulcère au cours de sa vie et que chaque année, plus de 4 millions de personnes dans le monde souffrent d'un ulcère du pied diabétique. La mauvaise circulation liée à un diabète entraîne des plaies difficiles à traiter, causes de douleur, d'infection voire d'amputation. L'équipe internationale menée par le Dr Yaakov Nahmias (Photo ci-contre), directeur du Centre de bio-ingénierie de l'Université hébraïque de Jérusalem, avec des scientifiques de la Harvard Medical School, de l'Université de Floride et de l'Université de Keio au Japon rappelle que plusieurs protéines, appelées facteurs de croissance, ont déjà été trouvées pour accélérer le processus de guérison, mais que la purification de ces protéines est très coûteuse et que leur présence est éphémère sur le site de la plaie.


Une protéine « robot », facteur de croissance, qui répond à la température : Ces scientifiques ont utilisé des techniques de génie génétique pour produire une protéine « robot » du facteur de croissance qui répond à la température. L'augmentation de la température provoque des dizaines de ces protéines qui se replient dans une nanoparticule 200 fois plus petite qu'un cheveu. Ce processus simplifie la purification des protéines et reste très peu coûteux . Il permet également au facteur de croissance de rester concentré sur le site de la brûlure ou de la plaie. Les scientifiques appellent leur découverte « des robots », car tout comme les robots peuvent répondre à un environnement spécifique par une tâche spécifique, de la même manière cette protéine « robot », répond et réagit à la chaleur.

Ce médicament encore expérimental, qui a été développé par le groupe de recherche sous forme de pommade topique, a été breveté et a été jusqu'à présent utilisé pour traiter des plaies chroniques chez des souris diabétiques. Résultat, il augmente considérablement le taux de guérison.

L'objectif est maintenant de procéder à des essais cliniques sur l'homme.