Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL: A 15 ans, les ados doivent mieux gérer leur sommeil

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 3 semaines
INSV- INPES

De l’âge de 11 à 15 ans, les collégiens perdent chaque année en moyenne, 20 à 30 minutes de sommeil quotidien, la veille des jours de classe. Ainsi, à 15 ans, les adolescents dormiraient en moyenne 8 heures par nuit en semaine et 9H49 par nuit lorsqu’ils n’ont pas cours le lendemain. Ce sont les premiers résultats de cette nouvelle vague de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HSBC) qui montre aussi que la privation chronique de sommeil concerne un quart des jeunes de 15 ans.

Menée sur 9.251 collégiens âgés de 11 à 15 ans, analysée par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), elle conclut tout de même qu'à 15 ans une majorité d'ados gèrent mieux leur sommeil qu'à 11 ans. Car 40% des adolescents de 15 ans compensent ce manque de sommeil en semaine par des nuits plus longues le weekend, alors qu'à 11 ans, seuls 16 % des jeunes vont avoir le réflexe de rattraper leur retard de sommeil.


Un manque de sommeil chronique facteur de morbidités et d'obésité: Selon l'étude la privation de sommeil (en deçà de 7 heures de sommeil en moyenne par nuit) concernerait tout de même un jeune sur 4 âgé de 15 ans, alors que cette insuffisance de sommeil est quasi inexistante chez les plus jeunes. Les auteurs rappellent que le manque chronique de sommeil est facteur de risque de troubles de l'humeur et du comportement, d'hypertension artérielle, du développement de l'obésité.

Ces résultats ne sont pas nouveaux : Une étude publiée en 2010 dans le Journal of Adolescent Health montre que les adolescents s'endorment de plus en plus tard jusqu'à l'âge de 20 ans, âge auquel les horaires de sommeil changent brusquement. En particulier, les habitudes de sommeil changeraient fortement en première année de collège, avec une heure de coucher retardée en fin de semaine et une durée de sommeil plus courte durant les jours de la semaine. Une autre étude de la même époque et publiée dans la même revue montre que les collégiens et étudiants d'aujourd'hui dorment moins qu'autrefois et qu'une proportion élevée souffre de problèmes liés à l'absence de sommeil. Ainsi, selon les NIH, près de 75% des étudiants des collèges signalent des troubles occasionnels du sommeil tels que la difficulté d'endormissement, un syndrome de retard de phase et une fréquente somnolence durant la journée.

L'Institut national du sommeil et de la Vigilance rappelle que si entre 14 et 18 ans, l'adolescent est de plus en plus autonome sur la gestion de son sommeil –ce qui semble du bon sens- il cherche à se libérer de l'environnement familial tout en restant dépendant, les habitudes de son groupe d'amis influent donc sur son comportement, même en matière de sommeil. A cela s'ajoute le facteur sédentarité (et le temps passé devant écran).

Autres actualités sur le même thème