Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL du NOURRISSON: Nouvelles recos américaines contre la mort subite

Actualité publiée il y a 8 années 5 mois 1 semaine
American Academy of Pediatrics (AAP)

De nouvelles recommandations pour le sommeil des nourrissons viennent d’être publiées par l'American Academy of Pediatrics (AAP) soutenue par les institutions de santé américaines dont les National Institutes of Health (NIH). Ces recommandations basées sur l’identification réactualisée des risques de mort subite ou inattendue du nourrisson, extrêmement précises, pourront peut-être inspirer de nouvelles recommandations en Europe.

La mort subite ou inattendue du nourrisson s'entend comme tout décès soudain et subit d'un enfant âgé de moins d'1 an d'âge, qu'il soit expliqué ou inexpliqué.


Ces recommandations incluent les mesures à prendre pour un environnement de sommeil sécuritaire pour tous les nourrissons. Beaucoup de facteurs de risque dépendent en effet de l'environnement du sommeil, comme le partage du lit ou une literie molle qui peuvent entraîner la suffocation accidentelle. Ces cas de suffocation ont été observés fréquemment dans la MSN et ont fait l'objet, il y a quelques jours d'une communication de l'American Academy of Pediatrics lors de sa Conférence nationale.

Lutter contre les conditions de sommeil inappropriées, comme par exemple se loger entre un matelas et la tête de lit, s'étouffer sous une couverture ou un drap. Ainsi les nourrissons devraient dormir dans un berceau approuvé sur le plan de sa sécurité, portatif le cas échéant ou dans un couffin. Chaque famille fera selon ses moyens, la place disponible pour le couchage de l'enfant, néanmoins certains principes doivent être respectés comme (sans exhaustivité),

· Une base du berceau ou du couffin large et robuste,

· une surface lisse, sans saillie,

· des clips évitant le pliage en cours d'utilisation,

· un matelas ferme, sans espace de part et d'autre par rapport à la base du couchage,

· l'absence d'objets mous ou de pièces de literie défaites,

· pas d'utilisation d'oreillers ou de coussins pour remplacer un matelas ou en complément de celui-ci,

· si possible, les parois latérales doivent être perméables à l'air,

· les limites de poids maximales spécifiées pour le berceau ne doivent pas être dépassées,

· l'utilisation de lits de taille adulte est proscrite, en raison de risque de coincement et d'asphyxie,

· enfin, les barrières de lit destinées à empêcher un enfant de tomber hors du lit ne doivent pas être utilisées pour les nourrissons en raison du risque de coincement et de strangulation.

Le rappel de la position dorsale: Dès 1992, plusieurs études internationales ont montré que les taux de MSN étaient inférieurs lorsque les bébés étaient placés pour dormir sur le dos, l'AAP avait alors recommandé que tous les bébés américains en bonne santé soit placés sur le dos. En France, c'est également le cas. Dans ces recommandations les plus récentes pour l'évaluation et l'amélioration des pratiques professionnelles en préparation à la naissance et à la parentalité, la HAS rappelle que le couchage de l'enfant et choix du matériel de puériculture doivent faire partie, pour chaque femme, des contenus essentiels à aborder lors des séances prénatales.

La communication et les études pour prolonger ces recommandations: Aux Etats-Unis, l'Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development (NICHD/NIH) a déjà commencé à réviser ses communications aux jeunes parents pour y inclure les nouvelles recommandations. Des recherches récentes suggèrent que certains nourrissons peuvent être plus à risque de MSN, en raison d'une anomalie dans un réseau spécifique de cellules nerveuses du cerveau, explique le Dr. Alan Guttmacher, directeur du NICHD. Une recherche est toujours en cours sur les facteurs de risque environnementaux ou biologiques qui peuvent rendre certains nourrissons particulièrement vulnérables.

Attention aux allégations: La U. S. Food and Drug Administration (FDA) qui considère que les produits qui se présentent comme contribuant à guérir, traiter, prévenir ou réduire les risque de maladies ou d'accidents doivent être considérés comme des dispositifs médicaux et, à ce titre, doivent obtenir un AMM de la FDA. Ce qui n'a jamais été encore le cas, précise l'Agence américaine…Les parents et les soignants doivent donc se méfier des produits avec allégations de prévention de la MSN.

En plus de ses nouvelles recommandations sur l'environnement de sommeil du nourrisson, l'AAP appelle à améliorer la surveillance ainsi que la mise en œuvre de protocoles normalisés pour les évaluations des cas de mortalité infantile. En France, c'est déjà le cas avec les recommandations de 2007 de la Haute Autorité de Santé.

Autres actualités sur le même thème