Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL: La tolérance peut s'apprendre en dormant

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 1 semaine
Science

Le sommeil peut rendre moins raciste et moins sexiste, plus tolérant et plus égalitariste, suggère cette expérience de psychologues américains qui parviennent à consolider, avec une simple sieste, les bonnes valeurs de tolérance chez 40 étudiants atteints de préjugés. L’étude ne dit pas si ces jeunes étudiants sont devenus plus tolérants dans la vraie vie mais confirme l’importance du sommeil dans la consolidation de la mémoire, y compris pour corriger des idées profondément ancrées.


Les chercheurs de l'Université du Texas et de Princeton (US),rappellent les données issues de précédentes études : notre mémoire se consolide pendant le sommeil, le sommeil est indispensable à la plasticité cérébrale, et, chaque nuit le cerveau élimine ses toxines durant le sommeil, le sommeil allant jusqu'à modifier la structure cellulaire du cerveau pour faciliter ce nettoyage cérébral et l'élimination « des déchets » pouvant mener à la neurodégénerescence. Ici, les chercheurs montrent, sans répondre à la question éthique, qu'il serait probablement possible, « par le sommeil » d'inverser les préjugés inconscients sur des questions de genre et ou d'ethnicité.

Il s'agit en fait d'une « manipulation » qui exploite la manière dont le cerveau apprend pendant le sommeil. L'expérience a été menée avec 40 étudiants qui ont visionné des images de visages et qui globalement ont eu tendance à décrire les visages de femmes plutôt avec des qualificatifs esthétiques qu'objectifs et des visages de personnes noires en termes plutôt négatifs que positifs. Les chercheurs ont émis l'hypothèse que ces participants avaient des tendances sexistes et racistes. Ils ont donc tenté, via une formation sur ordinateur de contrer ce biais. Après cette formation, les étudiants ont refait le test et leurs tendances sexistes et racistes étaient déjà diminuées.

Les participants ont enfin été invités à faire une sieste de 90 minutes durant laquelle certains stimuli sonores de la formation leur étaient rejoués (ou pas) à travers des écouteurs. Les participants ont ensuite refait le test et leurs tendances racistes et sexistes étaient encore diminuées, chez ceux qui avaient entendu ces stimuli durant leur sommeil, un effet qui perdure encore une semaine plus tard.

La réactivation de la mémoire pendant le sommeil –ici par des stimuli sonores- améliore l'élimination des préjugés sexistes ou racistes. Bref, un réflexe de Pavlov mais pour la mémoire et dont les implications dans la vraie vie restent à démontrer. Car, dans la vie réelle, de nombreux facteurs externes sont susceptibles d'influencer les perceptions et les comportements.

Source: Science May 29 2015 Unlearning implicit social biases during sleep

Lire aussi:

SOMMEIL: Pourquoi une bonne nuit de repos permet de se vider le cerveau

Privation de SOMMEIL et distorsion de mémoire

MÉMOIRE et apprentissage: Le manque sommeil bloque irréversiblement la plasticité du cerveau

Autres actualités sur le même thème