Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL: Peur la nuit? Il existe une réponse aux phobies

Actualité publiée il y a 5 années 2 mois 3 semaines
Nature Neuroscience

Les mauvais souvenirs qui entraînent des phobies nocturnes peuvent être gommés pendant le sommeil, suggère cette étude de la Northwestern University publiée dans l’édition du 22 septembre de la revue Nature Neuroscience. Ces scientifiques parviennent ici à manipuler chez l’Homme, la mémoire émotionnelle, pendant leur sommeil. Au-delà, c’est une nouvelle voie thérapeutique possible pour les phobies diurnes aussi, en intervenant durant la nuit.

C'est la première manipulation de la mémoire émotionnelle chez l'homme pendant le sommeil. Les scientifiques de la Northwestern sont en effet parvenus à effacer ces souvenirs qui font peur en y exposant la mémoire de leurs sujets, de très nombreuses reprises durant leur sommeil. Une thérapie d'exposition classique qui en ajoutant une composante de nuit, pourrait donc apporter une diminution significative de la peur.


De précédentes études ont montré que certaines formes d'apprentissage peuvent être améliorées au cours du sommeil. Ici, ce sont les émotions qui ont été manipulées chez 15 sujets sains qui avaient reçu des chocs électriques légers et senti 2 odeurs spécifiques, tout en voyant 2 visages différents associés aux odeurs. En bref, chaque visage et une odeur étaient associés à la peur. Durant leur sommeil lent, l'odeur leur a à nouveau été apportée, mais sans la présentation du visage, réactivant alors le souvenir du visage.

Mais, au réveil, une fois exposés au visage associé à l'odeur, les participants présentent des réactions de peur significativement diminuées.

La preuve par l'IRMf : La peur était mesurée par la quantité de sueur et par neuro-imagerie via IRMf. L'IRMf montre des changements dans les zones du cerveau associées à la mémoire, comme l'hippocampe et l'émotion, comme l'amygdale. Ces modifications cérébrales reflètent bien une diminution de la réactivité spécifique à l'image du visage associée à l'odeur, les deux stimuli au départ, associés à la peur.

Source: Nature Neuroscience 22 September 2013 doi:10.1038/nn.3527 Stimulus-specific enhancement of fear extinction during slow-wave sleep (Visuel © sebra - Fotolia.com)

Lire aussi :

MÉMOIRE: Le gène qui efface les mauvais souvenirs

MÉMOIRE: Ils créent des souvenirs par manipulation corticale

MÉMOIRE: Et si on nous implantait des souvenirs artificiels?

Autres actualités sur le même thème

Pages