Vous recherchez une actualité

Actualités

SOPK: Problèmes de fertilité? Un bon petit-déjeuner peut aider

Actualité publiée il y a 5 années 2 semaines 3 jours
Clinical Science

Cette étude des Universités de Jérusalem et de Tel Aviv suggère qu’un apport calorique plus important le matin, que le soir, pourrait contribuer à surmonter les difficultés de conception, en particulier chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), qui souffrent d'irrégularités menstruelles. Les conclusions, publiées dans la revue Clinical Science montrent qu’un bon petit déjeuner quotidien augmente bien la fertilité!

Il est vrai que la recherche en nutrition constate que notre métabolisme est affecté non seulement par l'apport calorique, mais aussi par le « timing » de notre alimentation. L'étude a donc examiné si les repas ont un impact sur la santé des femmes souffrant d'irrégularités menstruelles liées à un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), un syndrome qui touche de 6 à 10 % des femmes en âge de procréer. Le SOPK entraîne une résistance à l'insuline qui conduit à une augmentation des hormones androgènes, donc à des irrégularités menstruelles, la perte de cheveux, l'augmentation de la pilosité, l'acné, aux troubles de fertilité et au développement du diabète.


Cette étude a été menée auprès de 60 femmes âgées de 25 à 39 ans, minces (IMC<23), atteintes de SOPK, suivies sur une période de 12 semaines. Les femmes ont été réparties en 2 groupes et pouvaient consommer environ 1.800 calories par jour. La différence était dans le moment du repas principal (980 calories). Un groupe prenait son repas principal au petit-déjeuner, l'autre au dîner.

L'étude montre une amélioration des résultats pour le groupe « petit-déjeuner » avec une réduction de la glycémie et de la résistance à l'insuline de 8% mais également une baisse de 50% des niveaux de testostérone - en cause dans les troubles de la fertilité. Un taux beaucoup plus élevé d'ovulation est constaté chez les femmes de ce groupe, confirmant ainsi qu'un petit-déjeuner copieux peut améliorer le taux de fécondité chez les femmes atteintes de syndrome des ovaires polykystiques.

Source: Clinical Science doi:10.1042/CS20130071 Effects of caloric intake timing on insulin resistance and hyperandrogenism in lean women with polycystic ovary syndrome

Lire aussi : ALIMENTATION: L'important ce n'est pas ce que l'on mange, c'est quand on le mange -

Autres actualités sur le même thème

Pages