Vous recherchez une actualité
Actualités

TESTOSTÉRONE: Un marqueur fluctuant de la parentalité masculine

Actualité publiée il y a 3 années 11 mois 2 semaines
Developmental Psychobiology

Si les hommes peuvent être préoccupés par leur taux de testostérone, et de sa baisse, notamment avec l’âge, des conséquences sur leur libido et d'autres résultats de santé, son évolution peut, dans certains cas, accompagner un surcroît de parentalité. Cette étude de l'Université du Michigan constate, dans la revue Developmental Psychobiology, que lorsque les pères voient leurs enfants dans la détresse, leur taux de testostérone baisse, leur parentalité s’exprime.

Alors que la sensibilité et l'empathie paternelles sont liées au développement social, émotionnel et cognitif des jeunes enfants, cette étude du lien avec les niveaux de testostérone chez le père contribuent aussi à la compréhension des troubles, du refus ou du retrait de parentalité.


L'étude a été menée impliqués 175 hommes dont la partenaire était enceinte de leur deuxième enfant. Des tests hormonaux ont été effectués à partir d'échantillons de salive recueillis lors d'une visite d'évaluation de l'interaction père-enfant. Les paires père-enfant étaient filmés alors que l'enfant était séparé de son père pour une courte période, ce qui entrainait une détresse de l'enfant.

· L'expérience montre que face à la détresse de l'enfant, l'empathie des pères augmente, tout comme les niveaux de testostérone baissent. Cette réaction biologique est associée à la réponse paternelle d'empathie vis-à-vis de l'enfant.

· En revanche, chez les pères qui se sentent incapables de réconforter l'enfant, les niveaux de testostérone augmentent.

· Dans une seconde expérience, lorsqu'on demande au père d'apprendre à l'enfant, en 5 minutes, le fonctionnement d'un jouet de son âge, les hommes adoptent 2 comportements. Soit ils sont sensibles et attentifs, soit didactiques et intrusifs avec leurs bébés. Les hommes qui présentent les baisses les plus élevées de testostérone sont ceux qui sont les plus doux et les plus patients durant cette l'interaction.

· Enfin, l'étude montre des différences légères de comportements du père en fonction du sexe de l'enfant. Plus précisément, les pères de bébés filles se montrent plus sensibles que les pères de garçons.

Testostérone et parentalité masculine, une relation complexe : Il n'est évidemment pas question d'associer systématiquement les baisses de testostérone à une bonne parentalité paternelle, cependant ces baisses reflètent des moments de sensibilité et d'empathie chez les pères vis-à-vis de leurs enfants. A contrario, il est possible que le père ait à protéger ou défendre son enfant dans une situation difficile, face à un danger par exemple, et que ce comportement, qui a sa place aussi dans la parentalité, soit associé à une hausse des niveaux de testostérone. Mais la testostérone apparaît déjà comme un marqueur de la parentalité masculine.

Source: Developmental Psychobiology 24 OCT 2015 DOI: 10.1002/dev.21370 Individual variation in fathers' testosterone reactivity to infant distress predicts parenting behaviors with their 1-year-old infants

Plus de 50 études autour de la Parentalité

Accéder aux Dossiers de Santé log Pour accéder à ces dossiers vous devez être inscrit et vous identifier

Préparation à la naissance et à la parentalité

« Parentalité : une affaire de famille ou de société ? »

Autres actualités sur le même thème