Vous recherchez une actualité
Actualités

TRAFIC viral: Une petite sucette à la varicelle ?

Actualité publiée il y a 8 années 9 mois 6 jours
Santé de l'Enfant

Tox pox parties, lollies in the post, tous les moyens sont bons, goûters, envois de sucettes pour que les enfants attrapent…la varicelle. Aux Etats-Unis comme au Royaume-Uni, les parents sont presque prêts à tout pour que leurs enfants attrapent la chickenpox. Les autorités américaines ont prévenu, l’envoi ou le don de sucettes infectées est contre la loi. Mais pourquoi les parents le font quand même ?

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Aux Etats-Unis, certaines sucettes infectées peuvent se vendre jusqu'à 50 $ via PayPal. Facebook vient de fermer sa page spéciale : Intitulée “Find a Pox Party in Your Area,” elle incitait et permettait aussi aux parents d'envoyer des sucettes infectées.


Un enfant qui contracte la varicelle est immunisé, à vie: L'idée de faire en sorte que son enfant attrape la varicelle n'est certes pas nouvelle et toutes les mamans ne sont pas mécontentes quand cela se passe dans l'enfance, naturellement à l'école. Maladie virale très contagieuse, la varicelle touche surtout les enfants, généralement sous une forme bégnine, mais en revanche, chez l'adulte qui ne l'a pas contractée durant l'enfance, la maladie peut entraîner des complications graves. Durant la grossesse, la maladie présente un risque pour le fœtus. Chez les personnes immunodéprimées, elle entraine également de graves complications et peut conduire au décès.

Le virus est inhalé. Il se multiplie à la porte d'entrée dans l'arbre respiratoire puis se dissémine dans l'organisme, tout d'abord sans manifestations cliniques. Les médecins ont eu beau avertir que lécher une sucette infectée est un geste peu efficace pour attraper la varicelle puisqu'elle se transmet surtout par virus aéroporté… En revanche, lécher une sucette infectée peut exposer l'enfant à bien d'autres maux.

La peur du vaccin : Deux sources peuvent expliquer ce mouvement chez les parents anglo-saxons. Il y eu d'abord ce médecin anti-vaccinaliste britannique, le Dr Andrew Wakefield, finalement désavoué pour avoir affirmé en 1998 que le vaccin ROR (rougeole, oreillons rubéole) déclenchait une sorte de maladie de Crohn et l'autisme chez les enfants. Ses conclusions, quoique désavouées quelques années plus tard, avaient à l'époque fait l'objet d'une publication dans le prestigieux Lancet. Résultat, de nombreux parents ont peur des effets indésirables des vaccins chez l'Enfant. Seconde piqûre de rappel, le vaccin anti H1N1 (et ses adjuvants) qui fit, lui aussi, grand tort à la vaccination.

Aux États-Unis, contrairement au Royaume-Uni, les enfants sont vaccinés contre la varicelle, cependant les varicelles parties y sont très populaires depuis l'introduction du vaccin, en 1995. En France, la vaccination généralisée des enfants contre la varicelle, n'a pas été recommandée. Elle n'est recommandée que pour les adolescents, les femmes en âge de procréer et les adultes de plus de 18 ans exposés à la varicelle, quand ils n'ont pas d'antécédent clinique de varicelle.

Source:
Médias anglosaxons.

Lire aussi : GRIPPE A/H1N1 : SWINE FLU PARTIES, les soirées "virales" à la mode (Visuel © DNF-Style - Fotolia.com)

ROR : LE MEDECIN ANTI-VACCINALISTE désavoué par ses pairs -

Autres actualités sur le même thème