Vous recherchez une actualité
Actualités

TROUBLES de l'ALIMENTATION chez les ados, tendance suicidaire à vie

Actualité publiée il y a 10 années 9 mois 6 jours
Archives of General Psychiatry

Les troubles alimentaires sont fréquents dans la population des adolescents et sont associés à au moins un, voire plusieurs troubles psychiatriques, troubles de la personnalité et tendances suicidaires, selon ce rapport publié dans l’édition en ligne du 7 mars, des Archives of General Psychiatry, l'une des revues du JAMA. Une mise en corrélation entre la boulimie, l’anorexie et l’hyperphagie et les troubles mentaux qui, quelque soit le trouble alimentaire considéré, suggère deux constantes, une forte corrélation avec une altération de la vie sociale et…la tendance suicidaire.

Bien que les estimations de la prévalence à vie des troubles de l'alimentation réalisée à partir d'études basées sur la population des adultes soient relativement faibles, la gravité de ces troubles et de leurs effets a été maintes fois démontrée par des taux élevés de complications médicales, d'autres maladies, de décès et de suicide, selon ce rapport. Mais l'on en savait peu sur la corrélation de ces troubles chez les adolescents.


Sonja A. Swanson du National Institute of Mental Health (Bethesda, Maryland) et coll. ont examiné la prévalence de ces troubles sur la base des données de la National Comorbidity Survey Replication Adolescent Supplement (NCS-A) une étude cohorte américaine, portant sur un échantillon national représentatif d'adolescents et comportant des entretiens en face-à-face avec 10.123 adolescents âgés de 13 à 18 ans. Les objectifs de l'étude ont porté sur la détermination de la durée et de la prévalence sur 12 mois de l'anorexie mentale (AM), la boulimie (BO), l'hyperphagie boulimique (HB) et les autres troubles de l'alimentation, sur l'examen de leurs corrélats socio-démographiques et cliniques et sur des modèles de comorbidité avec d'autres troubles mentaux. Cette étude décrit également l'ampleur de la dépréciation de la personnalité, des comportements suicidaires, et de l'utilisation de services de santé associés à ces troubles.

Les chercheurs constatent que :

· les taux de prévalence de l'AM, BO, HB s'élèvent respectivement à 0,3%, 0,9% et 1,6%.

· les taux de prévalence sur 12 mois de l'AM, BO, HB s'élèvent à 0,2%, 0,6% et 1,1% respectivement.

· En ce qui concerne les estimations de prévalence à vie, il n'y avait pas de différences sexuelles dans la prévalence de l'AM ou HB, alors que la boulimie est plus fréquente chez les filles.

· La majorité des répondants ayant un trouble alimentaire répondaient aux critères d'au moins 1 trouble du DSM-IV (classification des troubles mentaux).

· C'est le cas de 55,2% des ados souffrant d'anorexie, 88,0% des ados souffrant de boulimie et de 79,8% des ados souffrant d'hyperphagie boulimique.

· Ces adolescents déclarent (en fonction de leur type de trouble) une dépréciation de soi au cours des 12 derniers mois pour respectivement 24,2%, 10,7%, et 2,8% d'entre eux.

· Les troubles alimentaires sont fortement corrélés avec une altération du fonctionnement social. 88,9 % d'entre eux déclarent une altération de leur vie sociale et 19,6% rapportent de graves handicaps sociaux liés à leur trouble. La tendance suicidaire à vie a été associée à tous les sous-types de troubles de l'alimentation.

Bien que la majorité des adolescents souffrant d'un trouble de l'alimentation ait souhaité un traitement, seule une minorité –du moins aux Etats-Unis- y a eu accès.

Cette étude qui fournit des informations clés concernant l'épidémiologie des troubles de l'alimentation dans la population des adolescents, certes aux Etats-Unis, suggère une dépréciation de soi et des tendances suicidaires quasi générales. Ses conclusions alertent sur la nécessité de prévenir et de traiter ces troubles telle une préoccupation majeure de santé publique.