Actualités

VACCIN COVID : Un risque accru de cardite ?

Actualité publiée il y a 5 mois 4 jours 8 heures
Annals of Internal Medicine
Une légère augmentation du risque d’inflammation des tissus du péricarde, du myocarde ou de l'endocarde ou de cardite, avec la vaccination avec le vaccin COVID-19 de Pfizer/BioNTech  (Visuel Adobe Stock 132846909)

Une légère augmentation du risque d’inflammation des tissus du péricarde, du myocarde ou de l'endocarde ou de cardite, avec la vaccination avec le vaccin COVID-19 de Pfizer/BioNTech (BNT162b2), c’est l’hypothèse retenue par cette équipe de l’Université de Hong Kong et documentée dans les Annals of Internal Medicine. Si, selon ces nouvelles données, le risque reste faible en valeur absolue, il est qualifié de « nettement accru chez les adolescents après la deuxième dose ». Un constat, écrivent les chercbeurs, qui pourrait justifier des stratégies de vaccination mieux ciblées.

 

La cardite est une inflammation rare du cœur souvent causée par des infections bactériennes, virales et parasitaires. Les sous-types courants de cardite comprennent la myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, et la péricardite, une inflammation de la paroi externe du cœur. Les rapports de cas de cardite après la vaccination par le BNT162b2 se sont multipliés dans le monde. Plusieurs études ont également rapporté des résultats similaires, mais la recherche analytique sur l'association avec la vaccination COVID était restée limitée.

 

Cette étude cas-témoins qui révèle pour la première fois un risque relatif accru de cardite associé à la vaccination par le vaccin Pfizer/BioNTech et appelle les autorités sanitaires à prendre en compte de ce risque avec une stratégie plus ciblée, qu’une approche « taille unique ».

Le risque de cardite avec le vaccin Pfizer/BioNTech reste très faible en valeur absolue

Les chercheurs de Hong Kong ont ainsi suivi 160 patients avec cardite et 1.533 patients témoins exempts de cardite et examiné le risque possible de cardite associé à la vaccination avec BNT162b2 (Pfizer/BioNTech ) ou CoronaVac (Sinovac). 10 patients témoins ont été appariés avec chaque cas de cardite en fonction de l'âge, du sexe et de la date d'admission à l'hôpital. Après analyse, les chercheurs identifient :

 

  • 20 cas de cardite associés au vaccin Pfizer/BioNTech et 7 associés à la vaccination par le vaccin CoronaVac ;
  • Les patients vaccinés avec le vaccin BNT162b2 apparaissent ainsi 3 fois plus susceptibles de souffrir de cardite que les patients non vaccinés ;
  • les patients ayant reçu le vaccin CoronaVac encourent un risque de cardite similaire à celui de patients non vaccinés (pas d’augmentation du risque) ;
  • l'augmentation du risque associée au vaccin de Pfizer BNT162b2 apparaît prédominante chez les hommes et plus susceptible d'être observée après la deuxième dose ;
  • l'incidence cumulée de cardite après vaccination était de 0,57 pour 100.000 doses de BNT162b2 et de 0,31 pour 100.000 doses de CoronaVac : ce qui permet de conclure, en dépit de l’augmentation du risque avec le vaccin BNT162b2, à un risque absolu très faible de cardite après vaccination.

 

Enfin, aucun des 20 patients atteints de cardite après la vaccination au BNT162b2 n'a été admis en soins intensifs ou n'est décédé au cours de la période d'observation.