Actualités

VIH: Un traitement précoce réduit de 96% la transmission du virus

Actualité publiée il y a 11 années 1 mois 4 semaines
National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID)

Cette large étude de l’Université de Caroline du Nord, première de cette ampleur, menée par l’un des experts les plus éminents sur la prévention du VIH-sida confirme à nouveau qu’une thérapie antirétrovirale précoce empêche la transmission du VIH. Menée sur des couples dont l’un des partenaires est infecté et l’autre pas, ses résultats montrent que l'initiation précoce du traitement antirétroviral chez le partenaire infecté par le VIH l’empêche de transmettre le virus. Une publication des NIAID- NIH américains.

L'auteur de l'étude, le Dr. Myron S. Cohen, est professeur émérite de médecine, de microbiologie et d'immunologie, et de la santé publique à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il est également vice-chancelier adjoint de la santé mondiale et directeur de l'Institut de l'UNC pour la santé mondiale et les maladies infectieuses. Le Dr Cohen est reconnu comme l'une des sommités du monde experte en transmission et en prévention du VIH / sida et autres maladies sexuellement transmissibles.


Ce grand essai randomisé, du nom de HPTN 052, a souhaité évaluer si des médicaments antirétroviraux peuvent prévenir la transmission sexuelle de l'infection VIH chez les couples dont l'un des partenaires est infecté par le VIH et l'autre ne l'est pas. Lorsque le système immunitaire du partenaire infecté est encore relativement en bonne santé, ce traitement antirétroviral (TARV) précoce conduit à une réduction de 96% dans la transmission du VIH à leurs partenaires. Cette étude démontre ainsi, de façon convaincante, que le traitement précoce des personnes infectées peut avoir un impact majeur sur la propagation de l'épidémie.

/μL ou au moment où ils développaient un SIDA (groupe traitement différé). Les couples dans les deux groupes ont reçu des soins primaires, des conseils et des préservatifs.

couple du groupe de traitement immédiat.

Les résultats ont également démontré un autre bénéfice clinique d'ART précoce, dans la prévention de la tuberculose extrapulmonaire.

reposée par l'OMS et de récentes études avaient déjà conclu à l'intérêt d'un traitement antirétroviral précoce: Une étude parue en 2009 dans The Lancet avait démontré que le fait d'initier un traitement suivant les recommandations actuelles (lorsque le taux de CD4 est inférieur ou égal à 350 / μL) augmente de 28 % le risque de SIDA et de décès par rapport à une instauration plus précoce, à un taux compris entre 351 à 450/μL. Les études en cours de l'ANRS, 142 START et 12136 TEMPRANO, travaillent à déterminer s'il faut commencer encore plus tôt le traitement et surtout à quel stade. Enfin, le Conseil national du Sida publiait en mai 2009, des recommandations importantes sur l'intérêt du traitement en prévention de l'épidémie d'infections à VIH.