Vous recherchez une actualité
Actualités

VIOLENCE aux femmes âgées: Il faut rompre le silence

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 2 semaines
Droits des femmes

Près de 680 0000 personnes de plus de 75 ans subiraient des maltraitances. Le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale d’élimination des violences faites aux femmes, Roselyne Bachelot lance la campagne d’information de lutte contre les violences faites aux femmes, avec, pour objectif, d’inciter les femmes à sortir du silence et les professionnels de santé à passer à l’action, en appelant le 39.19. le Centre national d’information sur les droits de la Femme (CNIDFF) et ALMA (Allo Maltraitance des personnes âgées) lancent également un information pour rompre le silence qui entoure les violences faites aux femmes âgées en France.

Les deux institutions ont présenté, à cette occasion les résultats de la première synthèse réalisée en France sur les violences faites aux femmes âgées. Réalisée dans le cadre du projet européen STOP VI.E.W (Stop Violence Against Ederly Women), elle met en avant le continuum des violences envers les femmes.


Les violences envers les personnes âgées sont principalement commises par l'entourage familial (67%) puis par l'entourage non familial (13%), mais, en en institution, c'est l'entourage professionnel qui est auteur de violences à 79% et 10% des violences sont liées aux familles. Selon Alma France (Allo Maltraitance des personnes âgées), la très grande majorité des victimes de violences âgées sont des femmes (à 75%), âgées de 80 ans environ. Les violences envers les femmes s'exercent donc dans la sphère familiale, au sein du couple, mais aussi dans l'espace public ou dans l'univers professionnel. Elles peuvent prendre différentes formes : agressions sexuelles, viols, violences psychologiques, mutilations sexuelles, violences physiques…

La violence faite aux femmes, grande cause nationale en 2010 : Combattre un archaïsme social qui entrave la liberté, l'intégrité, la sécurité des femmes : Depuis 2005, 3 plans se sont succédés, le dernier en date renforçant les mesures de formation des personnels et les actions de communication et d'information. Concrètement, dans 50 départements, a été mis en place un référent violence, chargé de l'accompagnement des victimes. En 2010, l'Etat s'est engagé à aller plus loin encore en déclarant la lutte contre les violences faites aux femmes, grande cause nationale. Enfin, depuis 2007, le plan national de développement de la bien-traitance et de renforcement de la lutte contre la maltraitance à l'encontre des personnes âgées et des personnes handicapées propose un cadre et des mesures concrètes, comme

- la généralisation des antennes d'accueil téléphonique dans tous les départements

- une campagne d'information sur le numéro d'accueil téléphonique national 3977

Sur le terrain, le CNIDFF et le réseau des CIDFF sont fortement investis dans la lutte contre les violences sexistes. Cet investissement se décline localement par la mise en œuvre d'actions en direction des femmes, des professionnels et du grand public, comme l'accueil des femmes victimes et leur information ou encore la sensibilisation des partenaires travaillant au contact de femmes victimes de violences. Ainsi, chaque année, les CIDFF reçoivent plus de 440.000 personnes et répondent à plus de 800.000 demandes d'information dont près de 43 000 liées aux violences sexistes.

Chaque année en juin à l'occasion de la Journée mondiale contre la Maltraitance (World Elder Abuse Awareness Day), il est rappelé que 6% des personnes âgées sont victimes de maltraitance dans le monde.

Source: CNIDFF, ALMA , Stop violence against elderly women et http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

Lire aussi : VICTIMES de VIOLENCE: Comment rédiger leur certificat médical

MALTRAITANCE des personnes âgées: L'OMS alerte sur le risque de progression

Autres actualités sur le même thème