36201 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico
publicité

SYSTÈME de SANTÉ : Le Brésil, vers la faillite du système de soins ?


Actualité publiée le 09-09-2010
OMS

Au départ, depuis 1988, un système de santé « unifié » chargé d’assurer à chaque Brésilien un accès aux soins primaires, aujourd’hui un déficit tel que 75% des brésiliens sont contraints de prendre directement en charge leurs soins de santé. Le Brésil s’oriente ainsi vers une « médecine à 2 vitesses », un accès aux soins de pointe pour les plus riches qui contractent une assurance santé privée et les plus pauvres contraints de rester sur le régime unifié. Seule avancée positive, la décentralisation d’une part des responsabilités et du financement du régime vers les municipalités qui, pour des raisons de proximité, a permis une forte baisse de la mortalité infantile et une augmentation générale de l’espérance de vie.

 

Pourtant, en 1988, alors que la moitié de la population du Brésil n'avait pas d’assurance, une précédente réforme du système de santé brésilien avait permis la couverture de millions de personnes, mais comme dans la plupart des pays, les dépenses de santé sont en déficit. 20 années plus tard, plus de 75% des habitants doivent encore prendre en charge leur couverture des soins de santé. Le Programme de santé familiale (Programa de Saúde da Família) couvre actuellement gratuitement les plus démunis soit quelque 97 millions de Brésiliens, emploie plus de 30.000 équipes de professionnels de santé dédiées aux communautés les plus pauvres et isolées du pays.

 

Si le système de santé « unifié » brésilien offre aujourd’hui toute la gamme de services hospitaliers, jusqu’à la chirurgie cardiaque et aux examens d’imagerie médicale sophistiqués et de diagnostic de laboratoire. Il est censé assurer également un programme de vaccination élargi, des campagnes de prévention, les soins dentaires de base et prendre en charge jusqu’à 90% de nombreux médicaments essentiels, son déficit de financement provoque de sérieuses déficiences des infrastructures de base et un manque croissant de personnels de santé dans les établissements. Les urgences sont débordées, faute d’accès aux soins primaires et de suivi.

 

Un système défaillant : Si le financement du système est décentralisé vers les 26 états du pays et les 5.000 directions municipales, si les États sont tenus d'allouer un minimum de 12% de leur budget à la santé, les municipalités 15% et si le gouvernement brésilien est censé y contribuer aussi, la réalité est loin d’être positive : plus de la moitié des 26 États ne respectent pas l'objectif de financement requis de 12%. Le concept très large des dépenses de santé fait que les états utilisent parfois les budgets « santé » pour l'assainissement ou l'assurance santé complémentaire des fonctionnaires au détriment de la santé de la population. Le budget santé du Brésil, au niveau fédéral, est en déficit et ne peut plus assurer ne serait-ce que les soins primaires. Selon l’OMS, la dépense santé annuelle par habitant s’élève à 252$, après l'Argentine (336$) et l'Uruguay (431$). 73 milliards de dollars de fonds publics seraient aujourd’hui nécessaires pour maintenir le système santé brésilien, permettant une couverture supplémentaire de 100$ par habitant.

 

Des assurances privées pour les plus riches : Aujourd’hui, de nombreux Brésiliens ont du opter pour des complémentaires privées et le Brésil en vient à un système de santé à deux vitesses, avec la possibilité de couvrir ses soins de santé par des assurances complémentaires privées ouvrant à réduction d'impôt, ou bien de cotiser au système de santé unifié à travers l’impôt sur le revenu. Mais la tendance va à la souscription auprès d’assurances privées avec une augmentation de plus de 20% des contrats de couverture privée sur la dernière année. Une option réservée aux personnes à hauts revenus, les plus pauvres devant faire avec le système unifié de santé.

 

Seul bon point, la décentralisation : Pourtant, l’OMS constate des améliorations significatives dans les résultats des soins de santé au Brésil. La décentralisation d’une partie des responsabilités vers les municipalités a eu un impact significatif sur les indicateurs de santé comme sur la mortalité infantile qui a diminué de 46/1.000 en 1990 à 18/1.000 naissances en 2008. L’espérance de vie a également augmenté, passant de 67 ans en 1990 à près de 73 ans en 2008. Les inégalités régionales ont également diminué.

 

Deux autres exemples d’actualité viennent à l’esprit : La toute récente réforme de santé aux Etats-Unis avec son objectif prioritaire d’étendre la couverture santé aux 32 millions d’Américains qui en étaient dépourvus, dont une partie du financement est elle aussi déléguée aux Etats mais avec cette quasi obligation pour chaque américain « de se couvrir » et ce budget colossal de sur 9 ans. L’exemple français, plus largement social mais dont le déficit croissant qui fait l’objet du tout récent rapport de la Cour des comptes, contraint la sécurité sociale à réduire petit à petit sa couverture et les complémentaires à se désengager (médicaments) ou à augmenter les primes de souscription (nouvelle taxation des contrats).

Le système de santé brésilien, un exemple ou une mise en garde de l’OMS ?

 

Source : OMS, mise en ligne Alexis Yapnine, Santé log, le 9 septembre 2010

Accéder aux dernières actualités de l’OMS,  sur la réforme de santé aux U.S.

Lire aussi : SECURITÉ SOCIALE : Un déficit 2010 supérieur à 30 milliards d’euros, selon la Cour des Comptes DÉFICITS de SANTÉ et INÉGALITÉS : Principales recommandations de la Cour des Comptes -


Réagissez à cette actu sur Santé Blog

SHARE :
publicité
Consulter toutes nos actualités
HÔPITAL : Pourquoi les patients en sortent contre avis médical ?
Actualité publiée hier
ACUPUNCTURE : L’alternative analgésique même en urgence
Actualité publiée hier
GRIPPE AVIAIRE : La prochaine pandémie est-elle à 3 mutations près ?
Actualité publiée hier
ARTHRITE PSORIASIQUE : 2 thérapeutiques contre les symptômes articulaires et dermatologiques
Actualité publiée hier
GROSSESSE: L'expression abdominale, un geste risqué toujours pratiqué
Actualité publiée il y a 2 jours
OBÉSITÉ INFANTILE : La bonne alimentation est avant tout un apprentissage cognitif
Actualité publiée il y a 2 jours
ECZÉMA : Une manifestation cardiovasculaire ?
Actualité publiée il y a 2 jours
AUTISME : Pourquoi le contact visuel est difficile
Actualité publiée il y a 2 jours
ULCÈRE VEINEUX : Rosidal® K, une nouvelle donne dans la compression médicale
Actualité publiée il y a 3 jours
JUMEAUX : Mais pourquoi l’un est-il plus petit que l'autre ?
Actualité publiée il y a 3 jours
SÉDENTARITÉ : 19 ans ou 60 ans, mêmes comportements !
Actualité publiée il y a 3 jours
GROSSESSE : Obésité maternelle et risque de malformations congénitales
Actualité publiée il y a 3 jours
DIABÈTE et PERTE de POIDS : Pourquoi le régime végé nous fait plus léger
Actualité publiée il y a 5 jours
INFLAMMATION et MALADIE MENTALE : Un lien mystérieux enfin décrypté
Actualité publiée il y a 4 jours
PARENTALITÉ : Pourquoi une mère donnerait sa vie pour ses enfants
Actualité publiée il y a 7 jours
CANCER : Un antibiotique et la vitamine C pour tuer les cellules cancéreuses
Actualité publiée il y a 8 jours
CERVEAU : Il a l'intelligence de compenser avec l'âge
Actualité publiée il y a 10 jours
CANCER du CERVEAU : L’acide oléique de l’huile d’olive en prévention
Actualité publiée il y a 7 jours
PARENTALITÉ : Guerre des mères, guerre des nerfs
Actualité publiée il y a 4 jours
TABAGISME : Actif ou passif, il enfume les articulations
Actualité publiée il y a 4 jours
DOULEUR CHRONIQUE : Nouvelles preuves d’efficacité de la thérapie cognitive
Actualité publiée il y a 4 jours
ANTIBIOTIQUES à l’HÔPITAL : Trop d’automatismes, trop d’effets indésirables
Actualité publiée il y a 5 jours
ALZHEIMER: Diagnostiquer le déclin cognitif à 4 ans
Actualité publiée il y a 5 jours
DYSTROPHIE et MYOPATHIE : Découverte d'un gène clé de régénération musculaire
Actualité publiée il y a 5 jours
TABAGISME : Lorsque l’ADN est touché, aujourd’hui ça se voit
Actualité publiée il y a 7 jours
ASPIRINE : Éviter le risque de saignement chez les plus âgés
Actualité publiée il y a 8 jours
SYNDROME de SJÖGREN : L’infection bactérienne qui augmente le risque
Actualité publiée il y a 8 jours
SOMMEIL : Apnée et insomnie mènent à la neurasthénie
Actualité publiée il y a 8 jours
Transplantation du MICROBIOTE FÉCAL : Elle ne dure que 2 ans
Actualité publiée il y a 9 jours
SANTÉ PUBLIQUE : Le surpoids aussi dangereux que l’obésité
Actualité publiée il y a 9 jours
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques