35967 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

CANNABIS et SCHIZOPHRÉNIE: Le risque de psychose à nouveau débattu


Actualité publiée le 15-01-2013
F1000 Medicine Reports

Ces 2 articles publiés dans les F1000 Medicine Reports relancent le débat sur la relation entre cannabis et troubles psychotiques car ils plaident respectivement en faveur et contre la relation de causalité entre la consommation de cannabis et le risque de troubles psychotiques tels que la schizophrénie. Cependant, les 2 groupes d’auteurs qui font référence aux dernières études publiées, s’accordent sur la nécessité d’une information ciblée sur les personnes les plus à risque.

Deux positions contraires d’autant plus intéressantes que les auteurs de chaque article ont eu l'occasion de lire le projet d’article de la partie adverse et donc de présenter aussi arguments en fonction.

Dans le premier article « Cannabis and psychosis: what causes what?»  ou  « Cannabis et psychose: quoi provoque quoi ? », le Dr David Castle, de l'Université de Melbourne plaide en faveur du lien de causalité cannabis et risque accru de symptômes psychotiques. L’auteur invoque, lui aussi à partir de preuves issues d’une trentaine d’études que les cannabinoïdes peuvent entraîner des symptômes transitoires de schizophrénie et des déficits psychophysiologiques également connus pour être présents dans la schizophrénie. Pour l’auteur, il paraît clair que, chez les personnes souffrant d'un trouble psychotique établi, les cannabinoïdes peuvent exacerber les symptômes, favoriser une rechute et avoir aussi des conséquences négatives sur l'évolution de la maladie. Il ajoute la preuve que l'exposition précoce au cannabis peut augmenter le risque de développer un trouble psychotique, tel que la schizophrénie. Ici, la relation entre l'exposition au cannabis et la schizophrénie répondrait à certains au moins, mais pas à tous les critères habituels de causalité et il serait probable que l'exposition au cannabis soit une cause composante, qui interagit avec d'autres facteurs de schizophrénie mais nécessaire ni suffisante pour causer la maladie. L’auteur reconnaît ainsi qu’un très faible nombre de cas de schizophrénie seraient évités si l’on parvenait à supprimer totalement la consommation de cannabis, une hypothèse théorique.

En revanche, les chercheurs des universités de Bristol et Cardiff dans leur article « Stronger evidence is needed before accepting that cannabis plays an important role in the aetiology of schizophrenia in the population » soutiennent, à partir d’une quarantaine d’études scientifiques, que les preuves actuelles sont insuffisantes pour démontrer  que le cannabis joue un rôle important dans l'étiologie de la schizophrénie. Si les auteurs admettent que des « expériences psychotiques » peuvent être liées à la consommation de cannabis, la nature de la connexion à la schizophrénie demeure, selon eux, beaucoup moins évidente. L’impact d’une prévention soutenue contre l'usage du cannabis sur la prévention des troubles psychotiques ou même certains sous-groupes à risque plus élevé, reste incertain. Parmi les arguments relevés dans cet article,

·         une assertion basée sur « la peur » : Alors que les décideurs et les cliniciens invoquent le «principe de précaution» pour justifier l'importance du contrôle et de la prévention de la consommation de cannabis par rapport au risque de schizophrénie, les auteurs justifient l’insuffisance de preuves sur l’impact du cannabis dans l’étiologie de la schizophrénie mais reconnaissent que l’argument en revanche, est de poids, pour faire peur et inciter à ne pas consommer de cannabis.

·         Une prévention qui a peu de chance d’être efficace, en regard du risque de schizophrénie : Pour prévenir tous les cas de schizophrénie, à supposer que le cannabis soit bien en cause, ce sont des dizaines de milliers d’utilisateurs intensifs au seul Royaume-Uni, qu’il faudrait prendre en charge.  De plus, les interventions actuelles visant à réduire la dépendance sont d'une efficacité limitée, donc pour une intervention de 20% efficace, le nombre de patients à traiter serait inatteignable, avec un effet limité sur la réduction des taux de la schizophrénie, argumentent les auteurs. Certaines personnes sont plus à risque de  maladie psychotique après avoir consommé du cannabis, ajoutent les auteurs, des interventions ciblées pour réduire la consommation de cannabis chez ces personnes seraient sans doute plus efficaces. Cela suppose aussi un recours aux tests génétiques, pour identifier les variations identifiées comme associées au risque de psychose avec le cannabis.

·         Tout dépend enfin des variétés de cannabis, certaines étant plus psychomimétiques (susceptibles de déclencher des modifications psychiques) que d'autres. Alors que le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) du cannabis peut induire des expériences psychotiques transitoires, des données récentes suggèrent qu’un autre composant, le cannabidiol (CBD), peut effectivement être antipsychotique…Ces  effets des différentes variétés restent à cerner précisément.

Mais les 2 parties conviennent en fin de compte du problème de santé publique posé par le cannabis et appellent à une information ciblée sur les risques associés à sa consommation. Les deux parties citent ainsi le risque de dépendance associé à l'utilisation fréquente du cannabis, des troubles de l’apprentissage, une moindre réussite sociale et professionnelle.

Sources: F1000 Medicine Reports 20135:(1) 11 Jan 2013 Cannabis and psychosis: what causes what? et 20135:(2) (11 Jan 2013) Stronger evidence is needed before accepting that cannabis plays an important role in the aetiology of schizophrenia in the population

Lire aussi sur le Cannabis

CANNABIS: Identification d’un gène de la psychose cannabique

Le CANNABIS envisagé comme facteur de schizophrénie


Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 15/01/2013 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Neuro
Addictions
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
DOULEURS au PIED : Dis-moi où tu as mal, je te dirai tes comorbidités
Actualité publiée il y a 2h32mn
SOJA : Le secret de son bénéfice est dans l’équol
Actualité publiée il y a 2h31mn
ARTHRITE PSORIASIQUE : Quand la dépression fait passer le pso de la peau aux articulations
Actualité publiée il y a 1h30mn
PARKINSON : L’antibiotique capable de stopper la neurodégénérescence
Actualité publiée hier
CANCER du SEIN : L’exercice physique, la plus bénéfique des options pour la récupération
Actualité publiée hier
FIBROMYALGIE : Ce n’est pas un pot-pourri de maladies !
Actualité publiée hier
OBÉSITÉ INFANTILE et alimentation : Les parents sont-ils toujours de bon conseil ?
Actualité publiée hier
HORLOGE BIOLOGIQUE: La remettre à l'heure arrête la tumeur
Actualité publiée hier
NICOTINE, DROGUES : L’accoutumance des parents est-elle héréditaire ?
Actualité publiée hier
GROSSESSE et ANTI-ÉPILEPTIQUES : L’étude qui veut rassurer
Actualité publiée il y a 2 jours
COGNITION PERSÉVÉRANTE : Pourquoi il ne faut pas rapporter ses problèmes de travail à la maison
Actualité publiée il y a 2 jours
FIBROMYALGIE : L'ostéomyélite chronique, un vrai facteur déclencheur
Actualité publiée il y a 2 jours
SOIN des PLAIES : Des nanoparticules d'argent au chocolat
Actualité publiée il y a 2 jours
STRESS : Ce qui ne te tue pas te rend plus fort
Actualité publiée il y a 8 jours
OBÉSITÉ: Perdre du poids après la ménopause, c’est possible !
Actualité publiée il y a 8 jours
OBÉSITÉ, FOIE GRAS : Du fructose des sodas à la maladie du foie, il n’y a qu’un pas
Actualité publiée il y a 6 jours
EXERCICE PHYSIQUE: Les neurones s'y mettent aussi
Actualité publiée il y a 9 jours
PHOBIES: L'exposition inconsciente aux stimuli, la meilleure des thérapies?
Actualité publiée il y a 5 jours
ALZHEIMER et démences : Inhiber une seule protéine pour inverser la maladie
Actualité publiée il y a 4 jours
INSUFFISANCE CARDIAQUE : 3.000 pas en 30 mn pour s'éloigner de l’infarctus
Actualité publiée il y a 3 jours
FIBROMYALGIE : Le régime alimentaire peut-il changer la donne ?
Actualité publiée il y a 3 jours
CANCER du SEIN : Pourquoi il faut éviter le docétaxel
Actualité publiée il y a 4 jours
OBÉSITÉ INFANTILE : Mais quel est le poids réel de hérédité ?
Actualité publiée il y a 3 jours
PARKINSON : Cibler les mitochondries pour booster les neurones
Actualité publiée il y a 3 jours
PLAIES et VIEILLISSEMENT CUTANÉ : Le processus qui évite la cicatrice et comble les rides
Actualité publiée il y a 4 jours
DIABÈTE de type 1 : Un seul gène à modifier pour un nouveau pancréas ?
Actualité publiée il y a 4 jours
CRISE CARDIAQUE: L’anticancéreux qui régénère le tissu cardiaque
Actualité publiée il y a 4 jours
CERVEAU SOCIAL: Sans dopamine point d'attachement
Actualité publiée il y a 5 jours
MICROBIOME INTESTINAL : Façonné par les gènes, il fait le risque métabolique
Actualité publiée il y a 5 jours
OBÉSITÉ : Et si l’on faisait mentir les cellules de graisse ?
Actualité publiée il y a 5 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques