36046 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

PLACEBOS: Prescrits bien plus souvent qu’on ne le pense !


Actualité publiée le 22-03-2013
PLoS ONE

97%, c’est la proportion de médecins (britanniques) qui déclarent avoir prescrit des "placebos" à leurs patients, des placebos, au sens de traitements dont l’effet n’est pas prouvé face à une pathologie donnée, au sens d’examens superflus ou au sens de médicaments sans principe actif. Ces résultats, publiés dans l’édition du 20 mars de la revue PLoS ONE, suggèrent que la prescription et l’utilisation des placebos sont plus répandues qu’on ne le pense –ici au Royaume-Uni- et surtout, que les médecins eux-mêmes, pensent encore que les placebos peuvent « aider » les patients.

Ces chercheurs des universités d'Oxford et de Southampton ont interrogé en ligne 783 médecins et constatent que, au moins une fois au cours de leur carrière,  

·         97% des médecins ont utilisé des traitements placebos au sens du « mésusage » : Il s’agit de traitements dont l’effet n’est pas démontré face à la pathologie à traiter (comme, par ex., des antibiotiques pour traiter une infection virale), ou plus communément, d’examens physiques ou d’analyses biologiques prescrites uniquement pour rassurer les patients.

·         12% ont utilisé des placebos, au sens de supposés médicaments sans aucun principe actif.

 

« Les médecins ne cherchent pas à tromper les patients», explique le Dr Jeremy Howick, co-auteur de l'étude, « ils croient clairement que les placebos peuvent aider les patients ». Quel que soit le « type » de placebo considéré, l’objectif pour le médecin est d’induire un effet psychologique et rassurer un patient en demande de traitement ou d’examen. Cependant, seul un médecin sur 3 se déclare d’accord, pour rassurer un patient, pour prescrire un placebo sans principe actif, alors que 84% jugent acceptable de prescrire un examen ou un médicament à principe actif pour rassurer les patients.

 

Cette utilisation et acceptation généralisées des placebos est compatible avec les précédentes études menées, bien qu’en contradiction avec l’éthique, les preuves scientifiques, la réduction des dépenses de santé.  Pourtant l’étude montre « la bonne foi «  des médecins dans un objectif de soulager les patients. Des résultats qui suggèrent la nécessité de communiquer sur la prescription à bon escient, tant auprès des médecins que des patients.

 

Source: PLoS ONE March 20, 2013 doi:10.1371/journal.pone.0058247 Placebo Use in the United Kingdom: Results from a National Survey of Primary Care Practitioners

Lire aussi: PLACEBO: Le mystère de l’effet enfin élucidé?

PLACEBO : ça marche, même en toute connaissance de cause ? -


Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Médicament
Espace médecin
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
ALLAITEMENT MATERNEL : Quels effets sur l’intelligence de l’enfant
Actualité publiée il y a 4h21mn
HYDRATATION : Elle commence par la peau
Actualité publiée il y a 5h09mn
OBÉSITÉ, DIABÈTE : Pourquoi l’exercice n’a pas sur tout le monde les mêmes effets
Actualité publiée il y a 5h08mn
ALCOOL : Sa consommation modérée réduit certains risques cardiovasculaires
Actualité publiée il y a 5h09mn
SANTÉ PUBLIQUE et vaccination : Et si le médecin était beaucoup plus proactif ?
Actualité publiée il y a 5h10mn
SOMMEIL : Pourquoi les éléphants ne dorment que 2 heures par nuit ?
Actualité publiée hier
VIEILLISSEMENT : La protéine qui repousse les effets de l’âge et fait repousser les cheveux
Actualité publiée il y a 4 jours
LONGÉVITÉ : La signature génomique qui prédit la durée de vie
Actualité publiée il y a 4 jours
SOMMEIL : Plus de 9 heures par nuit prédisent le risque de démence
Actualité publiée il y a 8 jours
MICROBIOTE INTESTINAL : Une démonstration de ses effets sur l'humeur et le comportement
Actualité publiée il y a 7 jours
DÉPRESSION : Le cerveau a son propre système de décompression
Actualité publiée il y a 7 jours
CANCER : Les aléas de la réplication ADN y sont pour les 2 tiers
Actualité publiée hier
OBÉSITÉ : De l’émergence de formes génétiques rares
Actualité publiée hier
MICROBIOTE INTESTINAL : Il y a les bonnes et les mauvaises bactéries
Actualité publiée hier
SÉDENTARITÉ : Pourquoi les ados paresseux risquent des problèmes osseux
Actualité publiée il y a 2 jours
ESCARRES : La compétence infirmière fait chuter leur incidence
Actualité publiée il y a 2 jours
PARENTALITÉ : Et si les mères plus âgées étaient de meilleures mères ?
Actualité publiée il y a 2 jours
ECZÉMA INFECTÉ chez l’ENFANT : Aucun avantage significatif des antibiotiques
Actualité publiée il y a 2 jours
FIBROMYALGIE : Le patch au cannabis qui soulage la douleur neuropathique
Actualité publiée il y a 3 jours
PSORIASIS : Pourquoi le sexe-ratio est inversé dans le pso
Actualité publiée il y a 3 jours
HORLOGE BIOLOGIQUE : Les astrocytes, ces étoiles gardiennes du temps
Actualité publiée il y a 3 jours
OBÉSITÉ, DIABÈTE: Sur l’efficacité des programmes d'exercices intenses sur quelques minutes
Actualité publiée il y a 3 jours
VISION : Un nano-implant wifi pour restaurer la vue
Actualité publiée il y a 3 jours
ALCOOL et BOISSONS ÉNERGISANTES: Le double effet déficience et stimulation
Actualité publiée il y a 4 jours
SANTÉ OSSEUSE : La muscu favorise la formation osseuse chez l'homme
Actualité publiée il y a 4 jours
CROHN, MICI : La supériorité des traitements biologiques à guérir la muqueuse intestinale
Actualité publiée il y a 4 jours
POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Le collagène à nouveau au centre du diagnostic
Actualité publiée il y a 5 jours
CONTRACEPTION : La pilule protège ou augmente le risque de certains cancers ?
Actualité publiée il y a 5 jours
PROTHÈSE: Une peau synthétique à énergie solaire !
Actualité publiée il y a 5 jours
APNÉE chez l’Enfant : Ne pas la traiter, c’est le priver d’un peu de matière grise
Actualité publiée il y a 5 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques