35489 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

CAPACITÉ CÉRÉBRALE: Et si le sucre rendait stupide?


Actualité publiée le 16-05-2012
The Journal of Physiology

Cette étude de l’UCLA étude montre les dégâts sur le cerveau, l’apprentissage et la mémoire, que peut faire une alimentation trop riche en alimentation trop riche en fructose. Si cette étude, publiée dans l’édition du 15 mai du Journal of Physiology montre comment les boulimies de bonbons et sucreries diverses pourrait nous rendre stupide, elle nous indique également le remède, les omega 3. En conclusion, ce que vous mangez affecte votre façon de penser.

C’est une étude sur le rat et la première à démontrer, sur l’animal, comment un régime régulièrement haute teneur en fructose ralentit le cerveau et la mémoire et entrave l'apprentissage et, a contrario, comment les acides gras oméga-3 peuvent contrecarrer ces effets pervers. « A long terme, une alimentation riche en fructose altère la capacité de votre cerveau à apprendre et à mémoriser. Mais l'ajout d'oméga-3 à vos repas peut contribuer à minimiser les dégâts », explique simplement Fernando Gomez-Pinilla, professeur de neurochirurgie et de biologie à l'École de médecine de l’UCLA.

Le sirop de maïs, riche en fructose, est un édulcorant peu coûteux, six fois plus sucré que le sucre de canne, couramment ajouté aux aliments transformés, comme les boissons gazeuses, les condiments, la compote de pommes ou encore les aliments pour bébé. Un Américain consomme en moyenne plus de 40 livres de sirop de maïs à haute teneur en fructose chaque année, selon le Département américain de l'Agriculture. Il ne s’agit pas ici du fructose naturel présent dans les fruits  mais des ajouts en sucre dans les produits alimentaires préparés.

Fructose ou fructose + DHA : Le coauteur de l'étude, Rahul Agrawal, a mené l’étude sur 2 groupes de rats qui ont consommé une solution de fructose durant 6 semaines, le second groupe recevant également des acides gras oméga-3 sous forme d'huile de lin et d'acide docosahexaénoïque (DHA). Le DHA est déjà connu pour protéger les synapses ou liaisons chimiques entre les neurones nécessaires à la mémoire et l'apprentissage. Avant de commencer leur régime, les rats avaient été nourris avec un régime standard et entraînés à sortir d’un labyrinthe 2 fois par jour pendant 5 jours dans lequel les scientifiques avaient placé des repères visuels pour aider les rats à apprendre et à mémoriser l’itinéraire.

Fructose et baisse d’activité synaptique : Mais 6 semaines plus tard, les rats nourris au fructose privés d’omega 3 s’avèrent bien plus lents et leurs cerveaux montrent une baisse d’activité synaptique. Leurs neurones ont des difficultés à se connecter, ce qui perturbe leur capacité à penser clairement et à se rappeler de l'itinéraire appris 6 semaines plus tôt. Les rats privés de DHA développent également des signes de résistance à l'insuline, l’hormone qui contrôle la glycémie mais régule aussi la fonction synaptique dans le cerveau. « Parce que l'insuline peut traverser la barrière hémato-encéphalique, elle peut inciter les neurones à déclencher des réactions qui perturbent l'apprentissage et entraînent la perte de mémoire ».

Le fructose semble être le grand coupable de ce dysfonctionnement cérébral, chez les rats privés de DHA.  En conclusion, cette étude montre qu'une alimentation riche en fructose nuit autant au cerveau qu’au corps. Les auteurs conseillent donc un apport minimum de fructose et un apport régulier d’aliments riches en omega 3, la consommation de DHA protègeant le cerveau contre les effets nocifs du fructose.

Source: Journal of Physiology May 2012 590 (10) 2485-2499; doi:10.1113/jphysiol.2012.230078Metabolic syndrome' in the brain: deficiency in omega-3 fatty acid exacerbates dysfunctions in insulin receptor signalling and cognition (Visuel © Claudia Paulussen - Fotolia.com)

Lire aussi: NUTRITION : Mais pourquoi cette appétence pour le SUCRE ?

Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 16/05/2012 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Nutrition
Neuro
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
CANCER PRIMITIF INCONNU: Le test épigénétique qui diagnostique l'origine de la tumeur
Actualité publiée il y a 12h55mn
L’EXERCICE à 65 ans pour réduire de moitié son risque cardiaque
Actualité publiée hier
LAIT MATERNEL: Le sucre naturel qui protège les bébés contre une infection mortelle
Actualité publiée hier
MÉMOIRE: La stimuler la nuit avec la stimulation cérébrale magnétique
Actualité publiée hier
ZIKA: Il s’attaque aussi aux fibres sensorielles
Actualité publiée hier
OBÉSITÉ: 1 seul facteur, 13 risques de cancers
Actualité publiée il y a 2 jours
ALZHEIMER: THC et autres cannabinoïdes pourraient bien être neuroprotecteurs
Actualité publiée il y a 2 jours
ANTIBIORÉSISTANCE: Les superbactéries planquent leurs métallo-ß-lactamases
Actualité publiée il y a 2 jours
OBÉSITÉ: Perilipine, la protéine qui favorise la dégradation des graisses
Actualité publiée il y a 3 jours
CURE de JOUVENCE: La rapamycine à nouveau évoquée pour prolonger la vie
Actualité publiée il y a 3 jours
SOMMEIL et APPRENTISSAGE : Les alterner permet de mieux mémoriser
Actualité publiée il y a 3 jours
MÉNOPAUSE: Des facteurs de croissance cellulaire pour redémarrer les ovaires
Actualité publiée il y a 3 jours
EXERCICE PHYSIQUE: Une bonne dose éloigne la psychose
Actualité publiée il y a 3 jours
VITAMINE D: Carence in utero et troubles de l’apprentissage chez l’enfant
Actualité publiée il y a 4 jours
ÉPILEPSIE: La pompe ionique qui éteint la crise au niveau du pixel neuronal
Actualité publiée il y a 4 jours
PARKINSON: Un biomarqueur non-invasif évident de l'efficacité du traitement?
Actualité publiée il y a 4 jours
MÉNOPAUSE: Thérapie hormonale, quel vrai risque de cancer du sein?
Actualité publiée il y a 4 jours
OBÉSITÉ: Elle guette particulièrement les patients à antécédents de cancer
Actualité publiée il y a 5 jours
ÉPILEPSIE: Les antiépileptiques fauteurs aussi de troubles psychotiques?
Actualité publiée il y a 5 jours
ARRÊT du TABAC: 3 mois d’abstinence pour retrouver sa dopamine!
Actualité publiée il y a 5 jours
CANCER de l’ŒSOPHAGE: Les brûlures d’estomac, signes d’un risque de cancer?
Actualité publiée il y a 6 jours
COUPLE: Le sommeil, un indicateur majeur de la qualité de la relation
Actualité publiée il y a 10 jours
ALZHEIMER: 4 facteurs de risque majeurs et modifiables
Actualité publiée il y a 12 jours
ALTRUISME: La bienveillance augmente après 45 ans !
Actualité publiée il y a 9 jours
Le MICROBIOME respiratoire du nouveau-né prédit sa santé pulmonaire à vie
Actualité publiée il y a 7 jours
APNÉE de la PRÉMATURITÉ: L’évolution inspire une bonne respiration aux bébés
Actualité publiée il y a 9 jours
ALZHEIMER: Des antibiotiques contre la démence?
Actualité publiée il y a 6 jours
CANCER de l’INTESTIN: Les omega 3 pour doubler les chances de survie
Actualité publiée il y a 6 jours
CICATRISATION: Les glandes sudoripares, l'arme secrète pour mieux cicatriser
Actualité publiée il y a 7 jours
PORPHYRIE: Sa sévérité directement liée à une protéine mutée
Actualité publiée il y a 6 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques