35762 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

CAPACITÉ CÉRÉBRALE: Et si le sucre rendait stupide?


Actualité publiée le 16-05-2012
The Journal of Physiology

Cette étude de l’UCLA étude montre les dégâts sur le cerveau, l’apprentissage et la mémoire, que peut faire une alimentation trop riche en alimentation trop riche en fructose. Si cette étude, publiée dans l’édition du 15 mai du Journal of Physiology montre comment les boulimies de bonbons et sucreries diverses pourrait nous rendre stupide, elle nous indique également le remède, les omega 3. En conclusion, ce que vous mangez affecte votre façon de penser.

C’est une étude sur le rat et la première à démontrer, sur l’animal, comment un régime régulièrement haute teneur en fructose ralentit le cerveau et la mémoire et entrave l'apprentissage et, a contrario, comment les acides gras oméga-3 peuvent contrecarrer ces effets pervers. « A long terme, une alimentation riche en fructose altère la capacité de votre cerveau à apprendre et à mémoriser. Mais l'ajout d'oméga-3 à vos repas peut contribuer à minimiser les dégâts », explique simplement Fernando Gomez-Pinilla, professeur de neurochirurgie et de biologie à l'École de médecine de l’UCLA.

Le sirop de maïs, riche en fructose, est un édulcorant peu coûteux, six fois plus sucré que le sucre de canne, couramment ajouté aux aliments transformés, comme les boissons gazeuses, les condiments, la compote de pommes ou encore les aliments pour bébé. Un Américain consomme en moyenne plus de 40 livres de sirop de maïs à haute teneur en fructose chaque année, selon le Département américain de l'Agriculture. Il ne s’agit pas ici du fructose naturel présent dans les fruits  mais des ajouts en sucre dans les produits alimentaires préparés.

Fructose ou fructose + DHA : Le coauteur de l'étude, Rahul Agrawal, a mené l’étude sur 2 groupes de rats qui ont consommé une solution de fructose durant 6 semaines, le second groupe recevant également des acides gras oméga-3 sous forme d'huile de lin et d'acide docosahexaénoïque (DHA). Le DHA est déjà connu pour protéger les synapses ou liaisons chimiques entre les neurones nécessaires à la mémoire et l'apprentissage. Avant de commencer leur régime, les rats avaient été nourris avec un régime standard et entraînés à sortir d’un labyrinthe 2 fois par jour pendant 5 jours dans lequel les scientifiques avaient placé des repères visuels pour aider les rats à apprendre et à mémoriser l’itinéraire.

Fructose et baisse d’activité synaptique : Mais 6 semaines plus tard, les rats nourris au fructose privés d’omega 3 s’avèrent bien plus lents et leurs cerveaux montrent une baisse d’activité synaptique. Leurs neurones ont des difficultés à se connecter, ce qui perturbe leur capacité à penser clairement et à se rappeler de l'itinéraire appris 6 semaines plus tôt. Les rats privés de DHA développent également des signes de résistance à l'insuline, l’hormone qui contrôle la glycémie mais régule aussi la fonction synaptique dans le cerveau. « Parce que l'insuline peut traverser la barrière hémato-encéphalique, elle peut inciter les neurones à déclencher des réactions qui perturbent l'apprentissage et entraînent la perte de mémoire ».

Le fructose semble être le grand coupable de ce dysfonctionnement cérébral, chez les rats privés de DHA.  En conclusion, cette étude montre qu'une alimentation riche en fructose nuit autant au cerveau qu’au corps. Les auteurs conseillent donc un apport minimum de fructose et un apport régulier d’aliments riches en omega 3, la consommation de DHA protègeant le cerveau contre les effets nocifs du fructose.

Source: Journal of Physiology May 2012 590 (10) 2485-2499; doi:10.1113/jphysiol.2012.230078Metabolic syndrome' in the brain: deficiency in omega-3 fatty acid exacerbates dysfunctions in insulin receptor signalling and cognition (Visuel © Claudia Paulussen - Fotolia.com)

Lire aussi: NUTRITION : Mais pourquoi cette appétence pour le SUCRE ?

Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 16/05/2012 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Nutrition
Neuro
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
SANTÉ PUBLIQUE : Mais comment vont les soixantenaires ?
Actualité publiée hier
OBÉSITÉ: Une mini-molécule qui fait fondre la graisse
Actualité publiée hier
ÉVOLUTION: La mémoire génétique des famines réduit la longévité des hommes
Actualité publiée hier
ADOLESCENCE: Morosité ne rime pas et au contraire avec échec scolaire
Actualité publiée hier
GROSSESSE: A mère fumeuse, risque d’enfant toxico ?
Actualité publiée il y a 2 jours
GRAISSES SATURÉES: Un peu, pas trop, elles peuvent être bonnes pour la santé
Actualité publiée il y a 2 jours
CANCER de la PROSTATE: Le nouvel agent d'imagerie qui identifie plus tôt et plus précis
Actualité publiée il y a 2 jours
La STIMULATION MAGNÉTIQUE pour raviver sans effort les souvenirs enfouis
Actualité publiée il y a 2 jours
FERTILITÉ masculine: Les spermatozoïdes préfèrent l’exercice modéré
Actualité publiée il y a 3 jours
MÉNOPAUSE : La nécessité d'enrayer le déclin de la fonction pulmonaire
Actualité publiée il y a 3 jours
DÉVELOPPEMENT: Pourquoi à 2 ans, il ne faut pas trop leur parler comme à des bébés
Actualité publiée il y a 3 jours
CANCER du SEIN : Bloquer la mitochondrie pour épuiser la cellule tumorale
Actualité publiée il y a 3 jours
DÉCLIN COGNITIF: Dans un cas sur 3 vient la dépression
Actualité publiée il y a 3 jours
INCONTINENCE: La composition corporelle, graisse ou muscle, affecte le risque chez les femmes âgées
Actualité publiée il y a 4 jours
IDENTITÉ: Chacun a une voix unique avec ses propres dérives acoustiques
Actualité publiée il y a 4 jours
ALZHEIMER: Découverte d’un lien entre le cerveau et l’os
Actualité publiée il y a 4 jours
ALCOOL: Sa consommation associée à un risque accru de mélanome
Actualité publiée il y a 4 jours
MALADIES CHRONIQUES: Croquer quelques noix pour éloigner le risque
Actualité publiée il y a 5 jours
LONGÉVITÉ: Mais quel est le sport qui permet de vivre le plus longtemps ?
Actualité publiée il y a 8 jours
ASPIRINE: Grands bénéfices pour petits maux d’estomac
Actualité publiée il y a 10 jours
SPIRITUALITÉ: La transcendance procure aussi sa récompense
Actualité publiée il y a 7 jours
IMMUNOMÉTABOLISME: Et si tout passait par le microbiote ?
Actualité publiée il y a 10 jours
ÂGE et APPRENTISSAGE : Il n'est jamais trop tard pour apprendre
Actualité publiée le 06-12-2016
PARODONTITE: Bientôt un vaccin contre P. gingivalis ?
Actualité publiée il y a 5 jours
PERTE de POIDS : L’évolution contribue à expliquer l’effet yo-yo et la reprise de poids
Actualité publiée il y a 5 jours
PARKINSON : Et si la maladie commençait dans le microbiote ?
Actualité publiée il y a 6 jours
FAUSSE COUCHE : Pas besoin de trop attendre avant la prochaine tentative
Actualité publiée il y a 6 jours
PHARMACOCINÉTIQUE: Des bulles lipidiques pour franchir la barrière hémato-encéphalique
Actualité publiée il y a 5 jours
CICATRISATION des plaies : Électrocuter le biofilm pour l’éliminer
Actualité publiée il y a 6 jours
SYNDROME DOULOUREUX régional complexe: La seule vision de la douleur peut faire très mal!
Actualité publiée il y a 6 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques