35221 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

NEURO: Socialiser ou analyser, les deux ne vont pas ensemble


Actualité publiée le 31-10-2012
NeuroImage

Cette recherche de la Case Western Reserve University montre comment l’empathie exclut toute pensée analytique et vice et versa. La raison en est presque mécanique car c’est la physiologie du cerveau qui exclut l'utilisation simultanée du réseau de neurones voué à l’empathie et du réseau voué à l’analyse. Ces conclusions, publiées dans la revue NeuroImage, n’excluent pas qu’on puisse être doté d’une forte capacité d’analyse et empreint d’empathie, mais pas simultanément. Elles contribuent également à expliquer certains troubles psychiatriques, par la prédominance de l’un ou l’autre réseau. Mais ce travail pose aussi une question philosophique. Celle de la compréhension analytique, à partir de données scientifiques, de la conscience, subjective, qui fait la personne humaine.

Les chercheurs ont recruté 45 étudiants en bonne santé. Chaque participant a subi 5 séances d’IRM de 10 mn en devant résoudre 20 problèmes écrits et 20 problèmes vidéo qui les obligeaient à réfléchir à ce que d'autres humains pourraient ressentir et 20 problèmes écrits et vidéo de physique (analytique). Les participants avaient 7 s pour résoudre chaque problème. Les images IRM montrent que

-         les problèmes sociaux désactivent les régions du cerveau associées à l'analyse et simultanément activent le réseau social.

-         Les problèmes de physique désactivent les régions du cerveau associées à l'empathie et activent le réseau cérébral d'analyse. Ce constat était vrai quelle que soit la présentation du problème, imprimé ou en vidéo.  

-         Et lorsque les participants sont au repos, entre 2 séries d’exercices, leur cerveau active tour à tour les 2 réseaux, le social et l’analytique.

Ainsi, lorsque le réseau d'analyse est activé, notre capacité d’appréciation de la valeur humaine est réprimée.

 

Empathie et pensée analytique sont exclusives l’une de l’autre : De précédentes études ont montré que deux grands réseaux cérébraux majeurs sont « en tension » dans le cerveau, le réseau connu sous le nom de réseau en mode par défaut et le réseau dit « de tâches positives ». Une autre théorie suggère qu’un réseau permet de s'engager sur des objectifs et que le second réseau permet à l'esprit de s’évader, enfin, une troisième théorie explique qu'un réseau gère l'attention externe et le second l'attention interne. Cette étude, montre 2 réseaux en tension, le social et l’analytique.  

Cette découverte a des implications pour toute une série de troubles neuropsychiatriques, l’anxiété, la dépression, le TDAH, la schizophrénie, des troubles qui sont caractérisés par un dysfonctionnement social. Grâce à l’enregistrement de l’activité cérébrale par IRM, l’étude montre que les adultes à troubles sociaux ou analytiques ont le réseau de neurones concerné (social vs analytique) continuellement engagé pour résoudre leur trouble, l'autre réseau étant donc constamment réprimé. Elle implique que le traitement de ces troubles devrait cibler l’équilibre entre les deux réseaux, social et analytique.

« La grande question philosophique de la conscience », a inspiré les chercheurs, confient-ils. Alors que nous sommes capables aujourd’hui avec l’IRM notamment de décrire le fonctionnement d'un cerveau, nous restons incapables de décrire la « personne ».  Le Pr Anthony Jack rappelle le concept de fossé explicatif, ce décalage entre la compréhension par l'expérience subjective (ou sociale) et la connaissance scientifique. En 2006, après avoir travaillé avec le philosophe Philip Robbins (professeur agrégé de philosophie à l'Université du Missouri), les deux « chercheurs » sont parvenus à une hypothèse décrite comme audacieuse : Et si ce fossé explicatif était dicté par notre structure neurale ? C’est en fait ce que montre aujourd’hui son expérience : « J'ai été vraiment surpris de voir avec quelle puissance ces résultats correspondent à cette théorie », ajoute A. Jack. Car l’expérience suggère que cette exclusivité entre les deux réseaux de neurones, social et analytique, entraîne le fossé explicatif comme si l’on regardait une illusion visuelle, qui change d’image en fonction de la manière dont on la regarde. On ne peut voir toutes les images à la fois… Cette « rivalité de perception », explique l’auteur se produit en raison de l'inhibition neuronale entre les deux représentations. « Ce que nous constatons dans cette étude est similaire, mais à bien plus grande échelle : Il s’agit d’une inhibition neurale entre le réseau entier du cerveau que nous utilisons pour dialoguer avec les autres, socialement, émotionnellement et moralement, et le réseau entier du cerveau que nous utilisons pour raisonner à des fins scientifiques, mathématiques et logiques ». Bref, comment traduire, en données scientifiques issues des neurosciences, le contact humain, la compréhension, l’émotion ou l’intuition qui  permet la communication entre personnes humaines ?

Une recherche passionnante qui met à bas la théorie établie de 2 réseaux concurrents dans le cerveau et apporte non seulement une nouvelle image mentale du fonctionnement d'un esprit équilibré et contribue à expliquer certains troubles du comportement.

Source: NeuroImage (In Press), online 27 October 2012 fMRI reveals reciprocal inhibition between social and physical cognitive domains (Visuel © FotolEdhar - Fotolia.com)

Lire aussi: NEURO: La théorie freudienne du conflit inconscient liée aux symptômes d'anxiété -


Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 31/10/2012 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Neuro
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
POLLUTION et CANCERS: Les preuves s’accumulent contre les particules
Actualité publiée il y a 9h42mn
DÉPRESSION: Ces nutraceutiques qui peuvent booster les antidépresseurs
Actualité publiée il y a 10h03mn
CICATRISATION: Le polyphénol végétal qui accélère l'épithélialisation
Actualité publiée il y a 10h04mn
FIBROMYALGIE: La musicothérapie rétablit une qualité de vie
Actualité publiée il y a 10h03mn
DOULEUR: Le lien social nous apporte plus d’endorphines que la morphine
Actualité publiée hier
EXERCICE PHYSIQUE: Quelques minutes de pratique intense sont tout aussi bénéfiques
Actualité publiée hier
L'OBÉSITÉ INFANTILE sévère touche désormais plus de 4 millions de jeunes américains
Actualité publiée hier
Pas assez de SOMMEIL, trop de cholestérol!
Actualité publiée hier
CANCER: Des nanoparticules équipées pour désarmer la tumeur
Actualité publiée hier
GRIPPE: Un risque d’émergence d’une nouvelle souche porcine
Actualité publiée il y a 2 jours
ULCÈRE du PIED DIABÉTIQUE: Pourquoi l’attitude du patient est déterminante
Actualité publiée il y a 2 jours
GROSSESSE: L’embryon se défend tout seul contre ses cellules défectueuses
Actualité publiée il y a 2 jours
TRAUMA CÉRÉBRAL: L’évaluer par simple test sanguin
Actualité publiée il y a 2 jours
FRUCTOSE: Il modifie des centaines de gènes du cerveau
Actualité publiée il y a 4 jours
ASPIRINE: Au quotidien et à faible dose, finalement une panacée contre le cancer?
Actualité publiée il y a 6 jours
MODE DE VIE: Pourquoi tous les seniors devraient avoir un chien
Actualité publiée il y a 8 jours
SANTÉ MENTALE: Quelle efficacité de la pensée positive?
Actualité publiée il y a 9 jours
SEXUALITÉ: L'absence de perspectives entraîne des choix plus risqués
Actualité publiée il y a 6 jours
VITAMINE D: L’absence de carence tient le cancer à distance
Actualité publiée il y a 7 jours
Transplantation du MICROBIOTE FÉCAL: Elle altère le fonctionnement du cerveau
Actualité publiée il y a 3 jours
SOMMEIL: La première nuit, loin de chez lui, le cerveau reste en alerte
Actualité publiée il y a 3 jours
MUSCULATION: Entretenir son capital musculaire, c’est prolonger son espérance de vie
Actualité publiée il y a 4 jours
RÉGIME MÉDITERRANÉEN: Il limite les récidives chez les patients cardiaques
Actualité publiée il y a 4 jours
CICATRISATION et esthétique: Quelles mesures pour réduire la cicatrice ?
Actualité publiée il y a 4 jours
FIBROMYALGIE: La migraine aggrave et déclenche ses symptômes
Actualité publiée il y a 4 jours
ALZHEIMER: La perte du sens de l’orientation, tout premier signe de la maladie
Actualité publiée il y a 3 jours
ALLAITEMENT MATERNEL: Un petit miracle cellulaire
Actualité publiée il y a 5 jours
VILLE-HÔPITAL: MSSanté, l’échange de données santé en toute sécurité
Actualité publiée il y a 3 jours
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DURABLE: Et si chacun jetait un oeil dans son réfrigérateur?
Actualité publiée il y a 5 jours
SEVRAGE TABAGIQUE: Champix, un retour sur les effets secondaires neuropsychiatriques
Actualité publiée il y a 5 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques