Vous recherchez une actualité
Actualités

ACTIVITÉ PHYSIQUE : Déterminée aussi par le changement d'état matrimonial

Actualité publiée il y a 1 mois 3 jours 3 heures
Scandinavian Journal of Public Health
Les hommes qui divorcent et les femmes qui forment un couple avec un nouveau partenaire réduisent leur nombre de pas quotidien ou plus largement leur activité physique

Les hommes qui divorcent et les femmes qui forment un couple avec un nouveau partenaire réduisent leur nombre de pas quotidien ou plus largement leur activité physique, conclut cette étude de l’Université de Jyväskylä (Finlance). En synthèse, l'évolution des statuts socioéconomique et matrimonial est associée à une modification des niveaux d'activité physique, mais différemment chez les hommes et chez les femmes. Des critères donc à prendre en compte comme des facteurs à part entière dans le suivi et la promotion de l’activité physique en soins primaires et en Santé publique.

 

Cette étude de suivi de 4 ans a évalué au podomètre les effets d’un changement de statut socio-économique et marital chez 1.051 adultes finlandais, à 62,3% des femmes âgées de 30 à 45 ans en 2007. Les cherceurs finlandais ont mis au point un algorithme de score de changement du nombre de pas quotidiens, aérobiques* et non-aérobiques durant les jours de semaine et du week-end sur la période 2007 et 2011. *Ici, les pas aérobiques désignent les pas effectués au cours d’activités qui durent au moins 10 minutes sans interruption, à un rythme de 60 pas ou plus par minute. L’analyse montre :

  • qu’en 2007, 19% des participants atteignent les 10.000 pas quotidiens recommandés, c’est le cas de 25% en 2011 ;
  • une diminution du nombre total de pas chez les femmes qui reforment un couple ou qui trouvent un nouveau partenaire,
  • une augmentation du nombre de pas non aérobie et en semaine, chez les femmes célibataires vs les femmes mariées ;
  • chez les hommes, le divorce s’avère associé à une diminution du nombre de pas non aérobie ;
  • Parmi les hommes et les femmes au statut socio-économique le plus élevé, le nombre de pas aérobiques augmente de manière significative au cours des 4 années de suivi. La marche est le type d’exercice dont la pratique augmente le plus dans ce groupe de population, au cours du suivi de l’étude.

 

 

L'implication de ces constatations est simple :  un suivi plus rigoureux, en matière d’activité physique, des personnes à statut socio-économique inférieur ou connaissant un changement d’état matrimonial. Ces deux facteurs de mode de vie, concluent les chercheurs, devraient être pris en compte lors des interventions de promotion de l’activité et de l’exercice physiques en population adulte.

 

Ainsi, les changements dans les relations affectent différemment l'activité physique des hommes et des femmes. L'augmentation du nombre de pas, sur l’ensemble des participants et sur une période de suivi de 4 ans est un résultat particulièrement positif qui montre les effets bénéfiques des campagnes d’éducation à la santé.

Cependant, cette augmentation du nombre de pas est plus marquée dans les classes sociales les plus élevées, en particulier pour les pas « aérobie » ;


Interstitiel escarre

Interstitiel escarre