Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

AGRESSIVITÉ : Les larmes des femmes la désarment

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 6 jours
PLoS Biology
L'étude documente pour la première fois ce processus chimique qui bloque l’agressivité des congénères mâles (Visuel Adobe Stock 124005718)

Précisément, les larmes des femmes adressent un signal chimique aux hommes agressifs qui adoucit leur comportement…C’est la démonstration originale de ces biologistes de l'Institut des sciences Weizmann (Israël) qui documentent pour la première fois ce processus chimique qui bloque l’agressivité des congénères mâles, ou cette forme de chimiosignalisation sociale.

 

Ces signaux chimiques, contenus dans les larmes féminines entraînent une réduction de l'activité cérébrale liée à l'agression, en pratique favorisent un comportement moins agressif. On savait que l’agressivité masculine chez les rongeurs est bloquée lorsqu’ils sentent les larmes des femelles. Il s’agit d’un exemple de chimiosignalisation sociale, un processus courant chez les animaux mais moins courant – ou moins compris – chez les humains.

Une signalisation sociale qui régule l'agressivité humaine

L’étude regarde si ce phénomène déjà observé chez l’animal, vaut également chez l’Homme en exposant un groupe d’hommes aux larmes de femmes vs une solution saline, le tout au cours d’une situation de jeu à deux. Le jeu avait été conçu pour susciter un comportement agressif de l’un des joueurs envers l’autre. Les hommes ne savaient pas ce qu'ils « reniflaient » et ne pouvaient donc pas faire de distinction entre les larmes et la solution saline. L’expérience, surprenante, révèle que :

 

  • les comportements masculins agressifs durant ce jeu, chutent de plus de 40 % après exposition aux larmes des femmes ;
  • l’IRM confirme que 2 régions cérébrales liées à l'agression, le cortex préfrontal et l'insula antérieure sont moins actives en cas d’exposition aux larmes des femmes ;
  • plus la réduction de cette activité cérébrale est élevée et moins l’est l’agressivité ;
  • le comportement agressif implique que cette signalisation sociale régule bien l'agressivité humaine, et n'est pas simplement une « curiosité » chez l’animal.

 

 « Nous montrons ici que, tout comme chez la souris, les larmes humaines contiennent un signal chimique qui bloque l’agressivité des hommes ».

Mais qu'en est-il des larmes des hommes ?

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème