Vous recherchez une actualité
Actualités

ALCOOL : Il redessine le paysage immunitaire du cerveau

Actualité publiée il y a 1 semaine 3 jours 11 heures
Progress in Neurobiology
L’abus d’alcool répété entraîne des changements importants dans les mécanismes anti-inflammatoires et l'activité cellulaire dans la zone de l'amygdale (Visuel Adobe Stock 206375700)

L’abus d’alcool répété entraîne des changements importants dans les mécanismes anti-inflammatoires et l'activité cellulaire dans la zone de l'amygdale, ce qui alimente l'anxiété et la dépendance, concluent ces experts des addictions du Scripps Research. Dans cette quête d’une meilleure compréhension du rôle du système immunitaire dans les troubles liés à la consommation d'alcool, les scientifiques de La Jolla identifient une nouvelle voie thérapeutique possible.

 

Au plus profond du cerveau, se trouve cette petite région en forme d'amande, l'amygdale, déjà documentée comme impliquée dans les émotions, les comportements et la motivation. L’amygdale est également fortement impliquée dans l'abus d'alcool et donc une cible de recherche de longue date de l’équipe du Scripps, dirigée pour cette étude par le Dr Marisa Roberto, professeur de médecine moléculaire. Son équipe identifie aujourd’hui des changements importants dans les mécanismes anti-inflammatoires et l'activité cellulaire dans l'amygdale, ces mêmes changements conduisant à la dépendance à l'alcool.

L'exposition chronique à l'alcool compromet les cellules immunitaires du cerveau

L’équipe a concentré ses recherches sur une protéine immunitaire, l’interleukine 10 (IL-10), présente « n peu partout » dans le cerveau. L'IL-10 est connue pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires, qui évitent au système immunitaire de répondre trop fortement menaces de maladie. Ainsi, dans le cerveau, IL-10 contribue à limiter l'inflammation causée par une blessure ou une maladie, comme un AVC ou comme la maladie d'Alzheimer. Cependant, IL-10 semble également impliquée dans les comportements clés associés à la consommation chronique d'alcool.

L'exposition chronique à l'alcool compromet les cellules immunitaires du cerveau -comme IL-10- qui permettent de préserver la santé des neurones. Cela entraîne des dommages qui alimentent l'anxiété peuvent conduire à des troubles liés à la consommation d'alcool.

En dépit d’un nombre plus élevé de cellules productrices d'IL-10 dans l’ensemble du cerveau des souris soumises à une consommation prolongée d'alcool,

l'amygdale « raconte une histoire différente ».

  • Dans la région de l'amygdale, les niveaux d'IL-10 sont plus faibles et leur fonction de signalisation est compromise, ce qui suggère que le système immunitaire de l'amygdale ne répond plus qu’à la consommation chronique d'alcool.

 

Rétablir la signalisation d’IL-10 dans l’amygdale : alors que les souris soumises à une consommation chronique d'alcool présentent des niveaux très réduits d’IL-10 dans l'amygdale, lorsque les chercheurs augmentent la signalisation de l'IL-10, ces effets aberrants sont inversés, tout comme les comportements anxieux et d’abus d’alcool des souris.

 

Ces résultats suggèrent l’implication des réponses immunitaires inflammatoires dans le cerveau dans le développement des troubles liés à la consommation d'alcool. Le paysage immunitaire du cerveau est bouleversé, commentent les auteurs, « avec des niveaux accrus de cellules immunitaires connues sous le nom de microglie et de cellules T régulatrices, qui produisent l'IL-10 ». Ces données sont en ligne avec de précédentes découvertes récentes de l’équipe mettant en évidence le rôle occasionnel de la microglie dans le développement de la dépendance à l'alcool.

 

Comment et quand IL-10 signale-t-elle aux neurones de l'amygdale de modifier le comportement de leur hôte ? C’est l’étape suivante de cette recherche.

Autres actualités sur le même thème