Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION et PLAISIR : Miam, régale-toi !

Actualité publiée il y a 4 années 2 mois 1 semaine
Jean-Michel Lecerf / chef de service nutrition à l’Institut Pasteur de Lille
Ne voir les aliments que par leur contenu calorique est une erreur.

Miam, miam, c’est bon ! ». « Alors tiens ! Goûte cela aussi... ». Voilà une bonne éducation alimentaire. Ce langage n’est pourtant plus à la mode. La tendance c’est « n’en prends pas, ça fait grossir ». Les enfants répètent cette phrase à l’envi et vivent avec cette crainte ; ils deviennent eux aussi des angoissés de la « bouffe ». Ils développent ainsi une sélectivité alimentaire qui tourne à la restriction sous l’influence de leurs parents et des discours ambiants : futurs orthorexiques ! Aucun aliment ne fait grossir, c’est manger plus que ce que l’on dépense de façon régulière qui peut faire prendre du poids. Tout l’art de l’éducation alimentaire est de conduire l’enfant (éduquer veut dire conduire) à la diversité alimentaire.

Ne voir les aliments que par leur contenu calorique est une erreur. Il faut au contraire apprendre à manger avec plaisir et en petite quantité les aliments caloriques.

 

Pour cela il convient de l’aider à aimer les aliments, à aimer manger de tout. Avec modération bien-sûr. Mais la modération ne vient pas des discours restrictifs et anxiogènes. Au contraire, les interdits génèrent le trouble en jetant le discrédit sur des aliments suspects.

L’éducation laxiste n’est pas non plus la bonne option. L’éveil sensoriel fait partie de cette éducation positive. De même que l’œnologie ne conduit pas à l’alcoolisme, la découverte des aliments et de leur goût est bénéfique. Ne voir les aliments que par leur contenu calorique est une erreur. Il faut, au contraire, apprendre à manger avec plaisir et en petite quantité les aliments caloriques.

La crainte de l’obésité a généré dans nos sociétés des attitudes négatives vis-àvis des « gros » et vis-à-vis des aliments supposés coupables. On peut savourer, apprécier, déguster du chocolat ou du saucisson sans devenir obèse. Le fait de les apprivoiser dédramatise leur consommation.

Ainsi il devient simple de les manger, sans excès, et c’est beaucoup plus apaisant.

 

 

Dans cette lettre estivale, nous vous proposons des résumés des entretiens de Nutrition de l’Institut Pasteur de Lille qui ont eu lieu les 15 et 16 juin derniers.

  • Le premier jour a fait la part belle aux excès alimentaires dans tous les sens du terme.
  • Le second s’est concentré sur les différences entre végétal et animal avant de réaffirmer que les deux ont leur place dans notre alimentation, chacun avec leurs spécificités.

 

Mangez en paix.

Autres actualités sur le même thème