Actualités

ALZHEIMER et COVID-19 : APOE4 joue sur les 2 tableaux

Actualité publiée il y a 7 mois 1 semaine 6 jours
Acta Neuropathologica Communications
L’allèle APOE4 documentée comme associée, chez ses porteurs, à un risque multiplié par 3 de maladie d’Alzheimer apparaît également associée à certains symptômes sévères de formes graves de COVID-19 (Visuel Fotolia)

Cette équipe de l’Université d'Helsinki identifie une caractéristique commune aux 2 tableaux cliniques de 2  maladies a priori sans corrélation, la maladie d’Alzheimer et le COVID-19. L’allèle APOE4 documentée comme associée, chez ses porteurs, à un risque multiplié par 3 de maladie d’Alzheimer apparaît également associée à certains symptômes sévères de COVID-19, dont les microhémorragies cérébrales et la fatigue mentale. Ces données, publiées dans les Acta Neuropathologica Communications, identifient une prédisposition génétique à certaines formes sévères de COVID et suggèrent l’opportunité de recherches supplémentaires sur les effets combinés de l'APOE4 et de l'inflammation systémique, sur la mémoire et plus largement le cerveau.

 

Environ un tiers de la population est porteur de l'allèle APOE4, une variante génétique qui prédispose à la maladie d'Alzheimer. Ce lien, à l’échelle mondiale, entre APOE4 et COVID-19, à la fois en termes de susceptibilité accrue à l'infection par le SRAS-CoV-2 et de mortalité a déjà été évoqué par de précédentes études. Cette fois, l’équipe finlandaise étudie les changements cérébraux microscopiques via une étude d’autopsie de personnes décédées du COVID-19 et précise le lien entre APOE4 et les symptômes de fatigue mentale ressentis 6 mois après le début de la maladie (COVID long).

L'allèle ε4 du gène APOE associée à un risque accru de COVID-19 sévère

C’est ce que conclut l’étude, « au niveau de la population finlandaise parmi laquelle la prévalence de l'APOE4 est élevée », relève l’auteur principal, Liisa Myllykangas, neuropathologiste à l'Université d'Helsinki. L’analyse montre en effet que :

 

  • l'allèle APOE4 fait plus que doubler le risque de COVID-19 sévère.

 

Ainsi, les porteurs de l'allèle APOE4 présentent :

 

  • un risque plus que multiplié par 2 de développer une forme de COVID-19 nécessitant des soins intensifs ;
  • un risque significativement accru d'hémorragies microscopiques ;
  • une sévérité plus élevée de certains symptômes à long terme, en particulier de symptômes nécessitant l’hospitalisation ;
  • un risque accru de forte fatigue mentale, de déficit d’attention et de concentration.

 

Si ces conclusions doivent encore être confirmées sur de plus larges ensembles de données, les chercheurs suggèrent déjà des effets combinés possibles de l'APOE4 et de l'inflammation systémique sur la santé cognitive. D’autres recherches ont été lancées à l'Université d'Helsinki.