Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ALZHEIMER : Les promesses de la stimulation gamma waves

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 1 jour
Journal of Internal Medicine
Il existe peu d’études sur le recours à la stimulation cérébrale dans le traitement de la maladie d’Alzheimer (Visuel Fotolia 73243812)

Il existe peu d’études sur le recours à la stimulation cérébrale dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Cette revue de la littérature, publiée dans le Journal of Internal Medicine, explore le potentiel d’interventions non invasives telles que la lumière, le son et les aimants (stimulation magnétique) pour stimuler les ondes cérébrales gamma et traiter la maladie. De telles stratégies pourraient en effet être bénéfiques car la maladie d’Alzheimer se caractérise aussi par une réduction des oscillations cérébrales rapides dans la plage gamma (30 à 100 Hz).

 

Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, Cambridge) relèvent des études récentes suggérant qu’il est en effet possible, et de manière sécure, d’induire une activité cérébrale dans la plage des ondes 40 Hz chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer à l’aide de différentes méthodes. Cet examen de la littérature apporte un certain nombre de confirmations.

Il existe des preuves, préliminaires, suggérant qu'un tel traitement peut avoir des effets bénéfiques

sur la fonction cérébrale, la pathologie et la fonction cognitive des patients ;

  • différents types cellules du cerveau au-delà des neurones, sont impliqués dans la maladie et dans la médiation des effets de ces types de stimulation, notamment les cellules microgliales, les astrocytes et les cellules vasculaires ;

 

La stimulation cérébrale par ondes gamma pourrait donc bien aider à lutter contre la maladie d’Alzheimer, concluent en substance les chercheurs : « nous constatons qu'une activité gamma accrue provoquée par la stimulation sensorielle non invasive à 40 Hz modifie profondément l'état cellulaire de ces différents types de cellules gliales », écrit ainsi l’un des auteurs principaux, Li-Huei Tsai, chercheur au MIT.

 

L’équipe poursuit ses recherches sur le mécanisme par lequel l'activité cérébrale à 40 Hz recrute ces différents types de cellules dans le cerveau pour produire des effets neuroprotecteurs.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème