Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER : Un seul PET-scan suffit à estimer le délai d'apparition de la maladie

Actualité publiée il y a 1 semaine 1 jour 16 heures
Neurology
Le délai d’apparition des symptômes de démence peut être estimé par scanner cérébral, par évaluation des niveaux d'amyloïde dans le cerveau notamment (Visuel Adobe Stock 69672484)

Le délai d’apparition des symptômes de démence peut être estimé par scanner cérébral, par évaluation des niveaux d'amyloïde dans le cerveau notamment, explique cette équipe de neurologues de l’École de médecine de l'Université de Washington. L’approche, avec l'âge du patient, permet d’estimer ce délai d’apparition des premiers signes de démence même chez les patients ne présentant aucun symptôme cognitif. L'algorithme, disponible en ligne dans la revue Neurology, utilise la tomographie par émission de positons (PET scan) pour évaluer les niveaux cérébraux de la protéine amyloïde clé de la maladie d'Alzheimer.

 

Chez les patients qui vont développer la maladie d'Alzheimer, l'amyloïde s'accumule silencieusement dans le cerveau jusqu'à 20 ans avant les premiers signes de confusion et de déclin cognitif. Les PET scans sont déjà largement utilisés dans la recherche sur la maladie d'Alzheimer mais cet algorithme permet d'analyser ces scans pour évaluer le moment où les symptômes vont apparaître. En se basant sur l'âge du patient et les données d’imagerie, l'algorithme apporte une estimation précise de la progression vers la démence et du temps restant avant que la déficience ne s'installe.

« Combien de temps me reste-t-il avant de développer une démence ? »

C'est une question posée par de nombreux patients qui subissent un PET scan, explique l'auteur principal, le Dr Suzanne Schindler, professeur de neurologie. « Jusqu'à présent, je répondais : « vous avez un risque accru de développer une démence au cours des 5 prochaines années ». Aujourd’hui, cet outil permet d’apporter, le cas échéant, une réponse beaucoup plus précise au patient.

 

L'étude examine les PET scans « amyloïdes » de 236 participants, âgés en moyenne de 67 ans et en bonne santé cognitive à l’inclusion. Au total, les chercheurs ont pu ainsi analyser près de 1.300 évaluations cliniques pour 180 des participants (effectuées en général tous les 1 à 3 ans). L'analyse montre que :

 

  • l'accumulation d'amyloïde passe un point de basculement et que

chaque patient atteint ce point de basculement à un âge différent ;

  • une fois ce point de basculement passé, l'accumulation d'amyloïde suit une trajectoire « standard » chez tous les patients.
  • « ce point de basculement de l’accumulation d’amyloïde :peut survenir à l’âge de 50 ans, 80 ans ou encore ne jamais arriver »,
  • mais une fois ce point de basculement dépassé, l’accumulation de niveaux élevés d'amyloïde est en marche et entraîne irrémédiablement la démence.

 

Un seuil critique : la mesure des niveaux d'amyloïde permet donc de calculer depuis quand le point de basculement est atteint et d’estimer combien de temps il reste avant l'apparition des symptômes de démence. Les participants qui ont atteint ce point de basculement à un âge plus jeune mettent plus de temps à développer des symptômes cognitifs que ceux qui l'atteignent à un âge plus avancé. Les participants qui atteignent le point de basculement à l'âge de 50 ans mettent près de 20 ans à développer des symptômes ; ceux qui ont atteint ce point à 80 ans mettent moins de 10 ans. En d'autres termes, plus ce seuil est franchi à un âge avancé, et plus l'apparition des symptômes est rapide : l’examen du cerveau de patients relativement jeunes qui sont décédés de la maladie d'Alzheimer, donne l’image d’un cerveau d’une personne en bonne santé, bien que la personne ait bien la maladie d'Alzheimer. Les patients plus âgés ont plus fréquemment des lésions cérébrales dues à d'autres causes, leurs réserves cognitives sont donc plus faibles et des niveaux moindres d'amyloïde suffisent à déclencher une déficience cognitive légère.

 

En résumé, avec ce modèle, l'âge du patient et un seul scan cérébral suffisent à estimer le délai d'apparition des symptômes.

Autres actualités sur le même thème