Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ARRÊT VOLONTAIRE de l’alimentation : Pourquoi ces patients précipitent la fin

Actualité publiée il y a 3 mois 2 semaines 4 heures
The Annals of Family Medicine
L’étude, qualitative « cerne » 3 catégories de patients plus enclins à précipiter la fin (Visuel Fotolia 147936131).

Ces chercheurs néerlandais étudient les profils de patients qui font le choix d'arrêter de manger et de boire (Voluntarily Stopping Eating and Drinking ou VSED) pour accélérer la mort. L’objectif de cette étude, la première à porter sur ce sujet sensible et plein d’enseignements pour les soins palliatifs, mieux cerner les motivations de ces personnes. L’étude, qualitative « cerne » en effet, dans les Annals of Internal Medicine, 3 catégories de patients plus enclins à précipiter la fin.

 

Certains patients choisissent d’arrêter volontairement de manger et de boire et ces chercheurs du centre médical universitaire d’Amsterdam ont cherché à mieux comprendre leurs motivations, la manière dont ils prennent cette décision, se préparent à le faire, ainsi que la manière dont ils impliquent leurs proches. Des entretiens qualitatifs avec 29 patients dont 24 ont choisi le VSED et 19 sont décédés apportent de premières réponses.

3 trajectoires principales vers le "VSED"

L’étude a suivi, par entretiens qualitatifs, 29 patients dont 13ont été inclus avant et pendant le VSED et 16 après. Les soignants et les aidants des participants ont également été interviewés. L’analyse des entretiens révèle 3 groupes spécifiques de patients ayant donc décidé d’adopter le VSED :

 

  1. des personnes âgées qui estiment que leur vie est terminée, qui souhaitent garder le contrôle de leur fin de vie et sont dans une situation de moindre fardeau émotionnel pour leurs proches ;
  2. des personnes également plus âgées, dépendantes et souffrant d’une très mauvaise qualité de vie. Ces patients optent pour le VSED, s’appuient sur leurs aidants naturels pour la préparation et lz réalisation de leur fin de vie ;
  3. des patients psychiatriques plus jeunes, éprouvant le souhait de longue date, bien que souvent fluctuant, de contrôler leur propre fin de vie. Ces patients se préparent souvent au VSED en secret ou optent pour le VSED sans s’y préparer.

Cette première classification apporte déjà des marqueurs précieux de cette prise de décision.

Les patients qui cherchent à accélérer leur mort en arrêtant volontairement leur consommation d'aliments ou de liquides peuvent donc être répartis entre ces 3 catégories. Les recherches de l’équipe se poursuivent, avec l’objectif de mieux cerner aussi les motifs, les considérations et les attentes de ces patients en fin de vie.

 

Avec toujours une finalité, apporter le meilleur soutien et la meilleure qualité de fin de vie possibles à tous les patients qui envisagent une telle fin.