Vous recherchez une actualité
Actualités

AUTISME: Une interaction cérébrale toute particulière entre la mère et son bébé

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 21 heures
Scientific Reports

Lorsque la mère et son enfant autiste se regardent l’un l’autre, il se produit une interaction toute particulière, précisément une activité cérébrale spécifique bien détectable à la magnétoencéphalographie (MEG) une technologie de pointe d'imagerie cérébrale fonctionnelle. Des travaux passionnants de scientifiques japonais qui révèlent encore une fois, l’importance encore plus aiguë d’une parfaite interaction entre la mère et l’enfant, en cas de trouble du spectre autistique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La MEG est une technique d'imagerie de pointe, non invasive qui permet de détecter, en temps réel et avec une très grande précision, l'activité électrique du cerveau par l'intermédiaire de capteurs supraconducteurs. Ici, les chercheurs ont développé une MEG adaptée au tout petit enfant et capable d'analyser simultanément les activités cérébrales de la mère et de son enfant.


En temps normal », lorsqu'un parent et un enfant se regardent, d'énormes quantités d'informations sociales sont échangées de manière inconsciente. Les traits du visage transmettent de multiples émotions qui apparaissent sur le visage de l'autre. Ces interactions bidirectionnelles parent-enfant jouent un rôle clé dans le développement de la socialité de l'enfant. Un développement spécifiquement entravé chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA).

Une activité interactive mère-enfant à renforcer : Ici, l'activité identifiée dans le cerveau de la mère et de son enfant autiste alors qu'ils se regardent est toute spécifique : si l'activité cérébrale de l'enfant autiste reste plus faible sous le regard de sa mère, si l'activité dans le cerveau de la mère est également plus faible, tout geste de la mère comme un hochement de tête en réponse à l'enfant accroît fortement l'activité cérébrale chez la mère et chez l'enfant.

Ainsi, l'étude aboutit à deux constatations : l'activité cérébrale parent-enfant est considérablement réduite lorsque l'enfant est atteint de TSA, cependant cette réduction d'interaction semble optimisable. Ensuite ces mesures simultanées des activités cérébrales de la mère et l'enfant en cas d'interaction mère-enfant vont permettre non seulement de mieux comprendre les retards de développement du cerveau social de l'enfant mais de suivre ses progrès au fil des thérapies et des interactions avec ses parents.

Il y aura cependant encore un long chemin avant de pouvoir ouvrir un accès plus large à ce type d'imagerie. En effet la technique de MEG ici utilisée est encore unique au monde (Kanazawa).

Autres actualités sur le même thème