Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : 3 fois plus de risque avec l’excès d’alcool à l’adolescence

Actualité publiée il y a 12 mois 3 jours 11 heures
Cancer Prevention Research
La consommation exagérée d'alcool peut en effet augmenter le risque de cancer de la prostate de haut grade

Est-ce le résultat d’une exposition précoce ou d’une exposition cumulée excessive à l’alcool ? Toujours est-il que la prostate semble mal supporter ces excès. La consommation exagérée d'alcool peut en effet augmenter le risque de cancer de la prostate de haut grade, souligne cette de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

 

Ainsi, vs les non-buveurs, les hommes qui consomment au moins 7 verres d'alcool par semaine pendant l'adolescence soit sur la période d’âge 15 à 19 ans, présentent un risque multiplié par 3 de cancer de la prostate agressif.

 

« La prostate est un organe qui se développe rapidement au cours de la puberté, ce qui le rend potentiellement plus vulnérable à une exposition cancérigène au cours de l'adolescence », explique l’auteur principal, le Dr Emma Allott, professeur de nutrition de l'Université de Caroline du Nord. Alors que les précédentes recherches sur le sujet avaient plutôt porté sur l'effet de la consommation d'alcool sur le risque global de cancer de la prostate, ici l’équipe a regardé précisément comment la consommation d'alcool pendant la puberté et à la quarantaine pouvait être associée au risque de cancer de la prostate à l'âge adulte. L’analyse des données de consommation de 650 hommes ayant subi une biopsie de la prostate entre janvier 2007 et janvier 2018, constate que :

  • une consommation d'alcool élevée durant l’adolescence n’est pas associée au cancer de la prostate en général ;
  • cependant la consommation d'au moins 7 verres par semaine à l’adolescence est associée à un risque multiplié par 3,2 de cancer de la prostate de haut grade -vs non-buveurs ;
  • des associations similaires sont observées chez les personnes ayant consommé au moins 7 boissons alcoolisées par semaine entre 20 et 29 ans, 30 à 39 ans et 40 à 49 ans, avec des risques de cancer agressif respectivement multipliés par 3,14, 3,09 et 3,64 ;
  • en revanche, la consommation d'alcool actuelle (au moment de la réalisation de l’étude ne s’avère pas associée au risque de cancer de la prostate de haut grade ;
  • l'association entre la consommation d'alcool cumulée à vie et le diagnostic du cancer de la prostate est également confirmée : vs les participants situés dans le « tertile » le plus faible en termes de consommation d'alcool au cours de la vie, les participants du tertile supérieur ont un risque multiplié par 3,2 3de diagnostic par biopsie de cancer de la prostate de haut grade.

 

Ces résultats en faveur de l’association déjà suggérée entre la consommation d'alcool et le cancer de la prostate sont basés soit sur un effet de l’exposition précoce à l’alcool, soit sur une consommation cumulée élevée d’alcool au moment du diagnostic du cancer de la prostate.

 

Cependant, la plupart des participants qui consommaient beaucoup d'alcool à l’adolescence continuaient généralement à boire beaucoup tout au long de leur vie.

Autres actualités sur le même thème