Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : Le test qui prédit très vite le risque de métastases

Actualité publiée il y a 5 mois 3 semaines 2 jours
Journal of Molecular Diagnostics
C'est un test plus rapide et moins coûteux permettant de prévoir le risque de métastases chez les patients atteints d'un cancer de la prostate

Un test plus rapide et moins coûteux permettant de prévoir le risque de métastases chez les patients atteints d'un cancer de la prostate, c’est ce que nous promet cette équipe du Collège de médecine Albert Einstein (Bronx, NY). Il s’agit d’un test de modification du nombre de copies, de nouvelle génération car capable d’analyser de petites quantités de matériel génétique pour estimer le risque métastatique et qui selon les données rapportées dans le Journal of Molecular Diagnostics, va permettre un choix mieux éclairé entre une gestion conservatrice ou un traitement curatif.

 

Car la grande question qui se pose aux hommes récemment diagnostiqués d'un cancer de la prostate ou même aux patients déjà traités est le risque de métastases. C’est en effet le facteur déterminant pour choisir entre une gestion conservatrice ou un traitement obligatoirement plus agressif. Alors que pour le cancer de la prostate comme pour d'autres cancers, la croissance ou la propagation d'une tumeur primaire est provoquée par des amplifications ou des délétions de parties du génome appelées altérations du nombre de copies (CNA), ce test qui évalue ces altérations du nombre de copies nécessite moins de tissu et semble améliorer de manière significative l'évaluation de la tumeur.

 

L’importance d’une prédiction précise au moment du diagnostic : les métastases surviennent dans environ 16% des cancers de la prostate et elles sont responsables de 8% des décès par cancer chez les hommes. Une prédiction précise au moment du diagnostic permet donc d’identifier les patients à risque de métastases qui peuvent bénéficier d'un traitement agressif. La détection de CNA dans le tissu de la prostate (biopsie) ou le sang (biopsie liquide) peut indiquer si la maladie précédemment diagnostiquée a progressé. Les gènes amplifiés et délétés représentent de nouvelles cibles pour le traitement du cancer.

 

Ce nouveau test de modification du nombre de copies de nouvelle génération (NG-CNA) permet de détecter rapidement et précisément les CNA. Avec pour implications directes, la possibilité de débuter un traitement agressif dès le diagnostic chez les patients à risque de métastases ou d’opter pour une surveillance active chez les patients atteints d’une tumeur peu agressive. La technique de séquençage utilisée, par amplification ciblée, est capable d'analyser 902 sites génomiques appartenant à 194 régions génomiques. Le test NG-CNA peut traiter les échantillons plus rapidement et réduire les coûts de détection. Enfin, ce type de test fournit une entrée dès le diagnostic dans une médecine de précision, un coût bien inférieur au coût des approches traditionnelles de séquençage du génome entier. Ses résultats sont également plus faciles à déchiffrer. Enfin le test permet de traiter des centaines, voire des milliers d’échantillons en une seule fois, en un temps de traitement ramené à 36 heures. Cette analyse requiert des quantités de tissu plus faibles, et permet ainsi l’analyse de lignées cellulaires, d’échantillons chirurgicaux et de biopsies.

Ces nouvelles données sur le test NG-CNA obtenues à partir de 70 échantillons de recherche chirurgicale sur le cancer de la prostate ayant des résultats cliniques connus confirment son efficacité clinique et analytique.

 

L’ajout du test NG-CNA à une plate-forme standard de tests génétiques standards du cancer pourra permettre de mieux identifier et plus rapidement les tumeurs agressives et les mutations génétiques, qui sont les prédicteurs de la réponse aux thérapies ciblées.

Autres actualités sur le même thème