Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : Vers un test urinaire de dépistage ?

Actualité publiée il y a 9 mois 3 jours 20 heures
Scientific Reports
Il s’agit donc de « biopsie liquide », un mode diagnostique non invasif qui détecte ici le cancer à partir de l'ARN et d'autres métaboliques spécifiques dans l'urine

Cette équipe de la Johns Hopkins annonce avoir bien avancé dans la mise au point d'un test d'urine précis et non invasif pour détecter le cancer de la prostate. Il s’agit donc de « biopsie liquide », un mode diagnostique non invasif qui détecte ici le cancer à partir de l'ARN et d'autres métaboliques spécifiques dans l'urine. Ce nouveau test, documenté dans la revue Scientific Reports apporte une première preuve de concept, très prometteuse mais qui devra encore être validée par des études plus importantes avant utilisation en routine clinique.

Bientôt un test d'urine simple et non invasif pour le cancer de la prostate ?

 

Pour la première fois, un ensemble de changements spécifiques dans les ARN et de métabolites urinaires constituent une signature spécifique de ce cancer et si cette signature était bien confirmée chez un nombre plus élevé de patients, elle constitue la première étape du développement d’un test urinaire de détection du cancer de la prostate.

 

Les chercheurs utilisent ici le séquençage profond de l'ARN et la spectrométrie de masse pour identifier un profil jusque-là inconnu d'ARN et de métabolites, chez 126 participants, dont 64 patients atteints de cancer de la prostate, 31 d'hyperplasie bénigne de la prostate et 31 témoins en bonne santé. L'ARN seul n'étant pas suffisant pour identifier le cancer de manière suffisamment spécifique, les scientifiques ont ajouté à la signature recherchée, un groupe de métabolites spécifiques à la maladie.

 

« C’est une avancée considérable compte-tenu du taux de surdiagnostic actuel qui entraîne des « sur-biopsies » tissulaires invasives et parfois peu significatives -car elles manquent souvent de cellules cancéreuses », explique le Dr Ranjan Perera, auteur principal de l'étude, professeur agrégé d'oncologie à l'Université Johns Hopkins.

Autres actualités sur le même thème